Obtenir un prêt immobilier reste difficile pour 4 français sur 10

10/12/2015 à 15:35 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Obtenir un prêt immobilier reste difficile pour 4 français sur 10
Obtenir un prêt immobilier reste difficile pour 4 français sur 10

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans sa dernière étude, Le-partenaire a souhaité en savoir plus sur ce qui pourrait bien dissuader les candidats à l'achat de concrétiser leur projet immobilier. Etonnamment, le prix n'est pas ce qui les préoccupe le plus.

Immobilier : ces grains de sable qui peuvent bloquer un projet d'achat

A compté du 1er janvier 2016, les candidats à un premier achat immobilier pourront bénéficier d'un prêt à taux zéro largement remanié et nettement plus avantageux. S'ils sont déjà nombreux à avoir la ferme intention de profiter de cette réforme pour accéder à la propriété dans les meilleures conditions, tous ne réaliseront sans doute pas leur rêve. Entreprendre la grande aventure de l'acquisition immobilière n'est pas chose aisée et nombres d'obstacles se dresseront sur la route des candidats. Dans un récent sondage, le site immobilier Le-Partenaire s'est d'ailleurs penché sur les possibles freins que pouvaient rencontrer ces derniers et il apparaît qu'en dépit de taux de prêt immobilier attractifs c'est du côté du financement que le bât blesse.

Décrocher un prêt immobilier reste difficile

Pour 4 français sur 10 (39%), le principal obstacle à la réalisation de leur projet immobilier s'avère être la difficulté à obtenir un crédit. Souvent jeunes et disposant de revenus modestes, les primo-accédants (car c'est en grande partie d'eux qu'il s'agit) pâtissent donc de conditions d'octroi jugées encore bien trop strictes. Au second rang des freins à l'achat figure évidemment la question du prix des logements (pour 33% des sondés), suivi de la difficulté à trouver un bien immobilier de qualité.

Le PTZ 2016 changera-t-il la donne

Ce palmarès des obstacles pourrait toutefois être amené à rapidement évoluer. Anticipant le lancement du futur PTZ 2016, les banques adoptent désormais une attitude bien plus conciliante à l'égard des ménages modestes et des primo-accédants. En outre, les auteurs de l'enquête considère que « le prêt à taux zéro ne répond finalement que temporairement à une problématique. En effet, de nombreux professionnels de l'immobilier affichent leurs réticences face à ce type de dispositif puisqu'il est accusé de faire augmenter les prix. Une hausse de 10% pourrait avoir lieu après la mise en place du nouveau PTZ ». Une progression qui, si elle devait se confirmer, pourrait bien faire du prix le principal frein à l'acquisition immobilière.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page