Prêt immobilier : le dynamisme français s'impose en Europe

26/03/2014 à 15:26 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Prêt immobilier : le dynamisme français s'impose en Europe
Prêt immobilier : le dynamisme français s'impose en Europe

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans un bulletin publié ce mercredi 26 mars, la Banque de France revient sur le dynamisme affiché en 2013 par le secteur du crédit en France et plus particulièrement celui du prêt immobilier. Si l'on en croit l'institution, le marché du crédit français s'est ainsi révélé comme l'un des plus productif d'Europe.

Le marché du crédit se porte bien en France

Qui a dit que le secteur du crédit battait de l'aile ? Pas la Banque de France en tout cas. En communiquant son premier bulletin trimestriel de cette année 2014, cette dernière en profite pour dresser un énième bilan de l'exercice 2013 en matière de production de crédits. Affichant une croissance de +2,5%, le marché des prêts accordés aux ménages se serait révélé "plus dynamique en France que dans les autres grands pays de la zone euro". A titre de comparaison, la Banque de France évoque des taux de croissance du crédit de +1%pour l'Allemagne, -1,2% pour l'Italie et -4,6% pour l'Espagne.

Prêt immobilier : principal soutien du marché

Dans le détail, si "la contraction de l'encours des crédits à la consommation des ménages s'accentue passant de – 0,8 % en 2012 à – 2,0 % en 2013", le marché a toutefois pu s'appuyer sur des prêts immobiliers portés par les taux bas. Après avoir enregistré une croissance de +3% en 2012, la production de crédits à l'habitat a en effet continué sur sa lancée en progressant de +3,3% en 2013.

2013 marquée par les taux bas et le rachat de crédit

Pour la Banque de France, ce dynamisme s'explique en grande partie par l'attractivité des taux de prêt immobilier. Des taux qui, s'ils se révèlent légèrement plus élevés que la moyenne européenne (3,09%), sont passés de 3,42% en moyenne en décembre 2012 à 3,18% sur la fin 2013.

Enfin, parallèlement à la baisse des taux, le boom du rachat de crédit s'affirme comme l'autre fait marquant de cette année 2013. Un essor sur lequel revient la Banque de France en soulignant que si "en janvier 2013, 4 % des crédits nouveaux correspondaient à des renégociations de contrats et 6 % à des rachats de prêts, ces proportions se sont respectivement élevées à 25 % et 14 % en avril 2013, et à 21 % et 14 % en octobre 2013".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page