Prêt immobilier : quand attractivité rime avec rareté

11/07/2014 à 15:29 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Prêt immobilier : quand attractivité rime avec rareté
Prêt immobilier : quand attractivité rime avec rareté

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En ce début du mois de juillet, "les conditions d'emprunt n'ont jamais été aussi favorables". C'est en tout cas ce que souligne Olivier Marin, rédacteur en chef du Club Immo Explorimmo Le Figaro, qui intervenait dans "Intégrale Placements" sur BFM Business pour commenter les derniers chiffres publiés en matière de prêt immobilier.

Des prêts immobiliers exceptionnellement attractifs...

Des emprunts d'état qui s'affichent à leurs plus bas (le taux de l'OAT 10 ans s'établissant en début de semaine à 1,68%) et des banques qui continuent de se livrer une concurrence acharnée pour attirer dans leurs filets les clients les plus solvables, il n'en fallait pas plus pour que les taux de prêt immobilier enchaînent record sur record. La dernière note de conjoncture publiée cette semaine par l'Observatoire Crédit Logement / CSA illustre d'ailleurs parfaitement cette attractivité dont profitent actuellement les candidats à l'emprunt. En effet, toutes durées confondues, le taux moyen d'un crédit immobilier s'établit aujourd'hui à 2,81% (soit 9 points de base de moins que leur niveau de juin 2013).

...mais plus durs à obtenir

Si, avec des taux à leur plus bas, les conditions d'emprunt sont certes extrêmement avantageuses, tous les emprunteurs peuvent-ils véritablement en profiter ? Loin s'en faut si l'on en croit Olivier Marin qui note que "la primo-accession est en panne, les primo-accédants sont quasiment excluent du marché". le rédacteur en chef du Club Immo Explorimmo Le Figaro revient ici sur les résultats d'un récent sondage Ifop qui relève qu'une grande majorité de français (76%) considèrent que l'accès au prêt immobilier s'est sensiblement durci depuis un an. Un sentiment qui ne devrait pas s'estomper, la tendance semblant effectivement être au resserrement des conditions d'octroi.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page