Foire aux questions sur le crédit immobilier

Comment se calculent les frais de notaire ?

Regroupant divers éléments bien distincts, les frais de notaires constituent une composante essentielle du coût de votre crédit. Si le recours à un notaire apparaît indispensable à la bonne réalisation de votre projet immobilier, cette aide précieuse n’est évidemment pas offerte gracieusement. Vous devrez ainsi, non seulement vous acquitter des honoraires à proprement parler de cet officier public mais également des différents frais que ce dernier pourrait engager ainsi que des éventuels droits de mutation inhérents à votre projet.

  • Les honoraires du notaire : relativement bien réglementés, les honoraires que vous aurez à verser au notaire sont directement déterminés en proportion de votre opération immobilière. Plus le bien que vous comptez acheter est cher, plus ceux-ci augmentent. D’une manière générale, on considère que les honoraires du notaire s’élèvent à 1,42% du coût de l’opération (pour une acquisition de 90.000 euros), à 0,99% pour un achat de 200.000 euros et à 0,89% pour un achat de 500.000 euros.
  • Les droits de mutation : également appelés droits d’enregistrement, il s’agit là de diverses taxes dont vous devrez vous acquitter (par l’intermédiaire du notaire) auprès du département ou de la commune. S’élevant à 5% du coût de l’opération, ces droits de mutation sont dus par l’acquéreur d’un bien au moment du changement de propriétaire.
  • Les frais annexes : d’un montant relativement peu élevé, ces derniers représentent les divers frais que le notaire a pu engager et qu’il vous faut rembourser (copies d’actes, dossier, Etat civil voire même achat de timbres, etc.).
  • Les débours : il s’agit ici des différentes charges que le notaire aura à régler (droit d’urbanisme, géomètre, cadastre, conservation des hypothèques, etc.).

Retour à la Faq