100 000 ménages privés de crédit immobilier en 2020 ?

Jugées trop laxistes sur leurs conditions d’octroi du crédit immobilier fin 2019, les banques avaient été invitées à adopter de bonnes pratiques par le HCSF. Parmi elles, la fin des crédits de plus de 25 ans et le respect strict du taux d’endettement de 33 %. En ce début d’année 2020, les nouvelles règles pourraient pénaliser quelque 10 % des nouveaux emprunteurs qui pourraient ainsi se trouver exclus du crédit immobilier.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. 100 000 ménages privés de crédit immobilier en 2020 ?

Crédit immobilier : les emprunteurs sont optimistes

Malgré une légère hausse des taux enregistrée en fin d’année dernière, l’année 2020 débute sous les meilleurs auspices dans le domaine du crédit immobilier. Ainsi en 2019, près d’un Français sur trois remboursait un prêt immobilier, soit 31,1 %. Un chiffre élevé bien que légèrement inférieur à 2018.

credit-immo-conditions-financementQuant aux ménages, leur moral est au beau fixe et 15 % des particuliers emprunteurs notent une amélioration de leur situation financière. Une situation inédite qui rappelle celle de l’année 2007.

Les conditions de financement favorables et l’optimisme des acheteurs et futurs acheteurs contribuent à encourager les Français à se projeter plus facilement dans un projet immobilier. D’ici au mois de juin 2020, 5 % des ménages envisagent ainsi de contracter un crédit immobilier pour devenir propriétaire de leur résidence principale ou investir dans l’immobilier locatif. Début 2018, ce chiffre était légèrement inférieur avec 4,2 %.

Les ménages modestes et les primo-accédants pénalisés par les nouvelles règles

Mais cet engouement pourrait être freiné par les banques qui ont été contraintes de revoir leur copie. Fin 2019, le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) leur a adressé des recommandations visant à durcir les conditions d’octroi du crédit immobilier. Bien que les banques disposent désormais d’une marge de manœuvre de 15 %, les crédits immobiliers longue durée doivent se limiter à 25 ans et le taux d’endettement des ménages est plafonné à 33 %. Des consignes rappelées par le gouverneur de la Banque de France le 14 janvier dernier.

20 %
En 2019, 20 % des crédits immobiliers accordés ne respectaient pas les 33 % de taux d’endettement, soit 250 000 ménages concernés.

Pour les professionnels, le risque est grand de pénaliser les plus modestes et notamment les primo-accédants. Deux profils types pourraient être particulièrement touchés par les recommandations du HCSF. Les ménages modestes vivant en zone rurale, soit 90 000 foyers environ, ainsi que 20 000 ménages qui disposent de peu de marge de négociation : impossibilité de reporter des travaux, difficultés à obtenir un crédit plus long. Malgré les taux d’intérêt toujours bas, 100 000 à 130 000 ménages pourraient ainsi être exclus du crédit immobilier en 2020, soit 8 à 12 % des nouveaux emprunteurs.

Pour d’autres en revanche, réduire le taux d’effort sera plus simple pour remplir les nouvelles conditions. Il s’agit en particulier des ménages aisés qui peuvent augmenter la part d’apport personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *