Achat immobilier : neuf ou ancien, quelle est la tendance ?

Avec 3,5 millions d’intentions d’achat enregistrées et seulement 2 millions de propriétaires souhaitant vendre, l’année 2018 promet encore une belle dynamique. Une énergie relayée par 73% des futurs acquéreurs pour qui la période est propice à l’achat, ce malgré les taux et les prix qui vont probablement grimper. Dans ce contexte, faut-il choisir l’immobilier neuf ou ancien ?

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Achat immobilier : neuf ou ancien, quelle est la tendance ?

1 millennial sur 4 souhaite investir dans l’immobilier neuf

Aujourd’hui, 40 % des futurs acheteurs immobilier ont moins de 35 ans. 1 sur 2 est d’ailleurs primo-accédant. De jeunes acquéreurs plus enthousiastes que leurs aînés qui révolutionnent le marché et bousculent les habitudes. Nombreux sont, par exemple, ceux qui privilégient le digital et la technologie mobile pour effectuer des recherches et évaluer la pertinence des biens. Parallèlement, 88 % d’entre eux souhaitent également maintenir une relation privilégiée avec les professionnels en agence et se faire accompagner pour mener à bien leur projet.

Cette génération née entre 1980 et 2000 qui représente plus de la moitié de la population active mondiale, dessine les contours du marché de l’immobilier de demain et semble s’intéresser davantage à la construction. Une aubaine pour les promoteurs.

23 %
23 % des jeunes de la génération Y déclarent avoir l’intention d’acheter dans le neuf. Pour les autres générations, ce chiffre baisse à 17 %. Malgré tout, 50 % souhaitent acheter dans l’ancien, les autres ne se sont pas encore décidés. Une tendance que l’on retrouve dans des proportions similaires dans toutes les catégories d’acheteurs.

Acheter dans l’ancien : un projet réfléchi

tendance-achat-ancien-neufAcheter un bien immobilier s’effectue rarement sur un coup de tête. Pourtant, la réflexion autour de l’acte d’achat varie selon la nature du bien. Ainsi, près de la moitié des projets de construction ont moins de 3 mois alors que les projets d’achat dans l’ancien ont entre 3 mois et 1 an. Une propension que confirment les résultats de la dernière étude menée par Logic Immo, qui fait apparaître des acheteurs respectivement « pressés » et « sélectifs ».

Maison neuve individuelle : des contraintes familiales et financières

L’adjectif « anxieux » quant à lui, ressort pour définir les acheteurs de maisons individuelles qui sont 93 % à en faire leur résidence principale. Une typologie d’acheteurs spécifique dont le projet revêt à 53 % un caractère d’urgence. Entre crainte d’une remontée des prix et des taux et changements importants au sein de la famille (naissance d’un enfant, mariage…), faire construire sa maison ressemble parfois à une nécessité. Cette urgence, certains acheteurs dans l’ancien la ressentent également lorsqu’il s’agit d’investir en zone tendue où la demande est bien supérieure à l’offre, ce qui nécessite beaucoup de réactivité et laisse peu de place à la négociation.

À noter que la maison individuelle séduit 55 % de CSP et 57 % de secundo-accédants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *