Baisse historique pour le taux de la BCE

La BCE vient d’annoncer la révision à la baisse de son principal taux directeur. Une décision qui a de quoi réjouir non seulement les établissements bancaires mais également les candidats à l’emprunt. S’il fut un temps question d’une imminente remontée des taux d’emprunt, celle-ci ne devrait toutefois pas s’opérer avant la fin de l’année 2013. …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Baisse historique pour le taux de la BCE

La BCE vient d’annoncer la révision à la baisse de son principal taux directeur. Une décision qui a de quoi réjouir non seulement les établissements bancaires mais également les candidats à l’emprunt.

S’il fut un temps question d’une imminente remontée des taux d’emprunt, celle-ci ne devrait toutefois pas s’opérer avant la fin de l’année 2013. Profitant d’une OAT au plus bas (1,80% en avril pour cet indice servant d’étalon aux taux fixes) et se livrant une concurrence acharnée afin de fidéliser de nouveaux clients, les banques continuent en effet de proposer aux emprunteurs des conditions d’octroi particulièrement favorables. Parmi cette conjonction de facteurs positifs, une incertitude demeurait toutefois sur l’orientation à venir du principal taux directeur de la Banque centrale européenne.

Ce jeudi 2 mai, l’incertitude a donc cédé la place à une certaine satisfaction. En effet, la BCE annonce avoir abaissé son taux directeur (le « refi ») à son plus bas niveau historique, le passant de 0,75% à 0,50%. Si ce geste de l’institution européenne peut paraître obscur pour le particulier lambda, il n’en reste pas moins d’importance. En effet, lorsqu’une banque accorde un prêt immobilier à l’un de ses clients, elle compense ce transfert d’argent en empruntant à son tour auprès des marchés financiers. Le taux d’intérêt qui lui est alors appliqué pour cet emprunt est notamment déterminé par le taux directeur de la BCE.

En abaissant le « refi » de 0,25%, la Banque Centrale Européenne permet ainsi aux établissements prêteurs de se refinancer à moindre coût, leur envoyant par la même occasion un signal fort sur le rôle que ces derniers doivent jouer en termes de relance économique.

« La peur de manquer de financements ne peut pas servir d’excuse au refus de prêter » a déclaré aujourd’hui Mario Draghi, le président de la BCE. Entre les efforts fournis par les banques pour s’attirer une nouvelle clientèle et la volonté manifeste de la BCE de « fluidifier le crédit », tous les facteurs semblent donc réunis pour que les taux de prêt conservent les niveaux exceptionnellement bas qui sont les leurs actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *