Cafpi ne tire pas un trait sur la hausse des taux

Alors que le courtier Empruntis table sur une stabilisation des taux de prêt immobilier jusqu’à la fin de l’année, la dernière publication de Cafpi en matière de taux de crédit fait quant à elle état d’une sensible hausse enregistrée depuis le mois d’août. S’il faut en croire Cafpi, les taux de prêt immobilier auraient accusé …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Cafpi ne tire pas un trait sur la hausse des taux

Alors que le courtier Empruntis table sur une stabilisation des taux de prêt immobilier jusqu’à la fin de l’année, la dernière publication de Cafpi en matière de taux de crédit fait quant à elle état d’une sensible hausse enregistrée depuis le mois d’août.

S’il faut en croire Cafpi, les taux de prêt immobilier auraient accusé une légère progression au cours de ces dernières semaines. Une progression que le courtier en ligne évalue dans son baromètre des taux entre +0,05% et +0,10%. A l’instar d’Empruntis, Cafpi souligne que les taux d’emprunt avoisinent désormais les niveaux qui étaient les leurs au deuxième trimestre 2013 en s’établissant à près de 3% pour un crédit sur 15 ans.

Le discours des deux courtiers divergent en revanche en ce qui concerne l’évolution à plus ou moins courts termes que les taux pourraient afficher. Si Empruntis mise sur une relative stabilité, Cafpi de son côté évoque une poursuite du mouvement haussier dont l’ampleur pourrait avoisiner les +0,5% d’ici à la fin 2013.

Quant à l’influence supposée de la baisse des taux sur le marché du crédit et sur celui de l’immobilier en général, l’un comme l’autre la juge toute relative. Reconnaissant le recul des primo-accédants et des investisseurs locatifs, Cafpi se montre toutefois plus optimiste en constatant un nombre grandissant d’acquéreurs sur les deuxième et troisième trimestres. S’il faut en croire le courtier (qui a récemment battu son record de crédits avec quelques 641,5 millions d’euros négociés), malgré une perspective de hausse des taux, un potentiel retour des investisseurs en fin d’année (rassurés par une refonte favorable de la taxe sur les plus-values immobilières) pourrait donc permettre à l’exercice 2013 d’afficher de meilleurs résultats que lors de l’année précédente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *