Courtiers : ces nouveaux acteurs du prêt immobilier

Les courtiers français vont-ils faire jeu égal avec les banques sur le marché du crédit immobilier ? Face aux banques, traditionnelles interlocuteurs pour obtenir un prêt immobilier, les courtiers comme ACE, Empruntis, Meilleurtaux ou CAFPI prennent une place prépondérante. Touchés eux aussi par l’effondrement des demandes de crédit qui a suivi la crise financière de …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Courtiers : ces nouveaux acteurs du prêt immobilier

Les courtiers français vont-ils faire jeu égal avec les banques sur le marché du crédit immobilier ? Face aux banques, traditionnelles interlocuteurs pour obtenir un prêt immobilier, les courtiers comme ACE, Empruntis, Meilleurtaux ou CAFPI prennent une place prépondérante. Touchés eux aussi par l’effondrement des demandes de crédit qui a suivi la crise financière de l’automne 2008, ils n’en ressortent pas moins aujourd’hui comme des acteurs majeurs pour l’obtention de prêts immobiliers.

En effet, on constate à présent que ce ne sont pas moins de 20% des crédits immobiliers accordés aux ménages français qui sont contractés grâce à l’intervention d’un courtier. Les quatre leaders sur le marcher auraient traité quand à eux 11% des crédits immobiliers accordés aux particuliers. Chez Bain and Company on se dit très confiant pour l’avenir comme le montre Nicolas Lioliakis . :« Si 15 % des Français déclarent avoir sollicité un courtier pour souscrire leur crédit immobilier ces trois dernières années, ils sont 35 % à envisager d’y avoir recours d’ici à trois ans. Dans ce contexte, la part de marché du courtage devrait se situer aux alentours de 25 % fin 2010 et croître encore dans les années à venir ».

La crise du système bancaire a eu raison de la confiance que les ménages accordaient aux établissements financiers. Il n’est alors pas surprenant que le recours aux services d’un courtier pour monter un dossier de crédit immobilier soit une solution de plus en plus retenue par les ménages désireux de réaliser un achat immobilier. Selon Sébastien Conte du cabinet Eurogroup : « les banques sont perçues comme de simples généralistes face à des petits acteurs spécialisés sur leur domaine, capables de répondre avec plus d’efficacité ».

Sébastien Conte ajoute : « En Grande-Bretagne, le taux d’intermédiation est supérieur à 65 %. Mais la tendance touche aussi les pays latins, avec 40 % en Italie et 50 % en Espagne ».C’est peut être à une évolution des mentalités que nous assistons, et les français pourraient rejoindre de nombreux voisins européens qui n’hésitent pas à faire appelle à un courtier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *