Crédit immobilier : comment le Coronavirus va permettre de maintenir les taux bas

Conséquence inattendue sur le crédit immobilier, l’épidémie mondiale du coronavirus qui sévit actuellement pourrait maintenir les taux au plus bas. En réalité, ce sont les taux pour les emprunts d’Etat, notamment sur 10 ans, qui retrouvent de nouveau le territoire négatif. Quant à la politique de la BCE, elle demeure des plus favorables. Une conjoncture qui pourrait inciter les banques à baisser de nouveau leurs taux.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : comment le Coronavirus va permettre de maintenir les taux bas

Coronavirus : des conséquences sanitaires et économiques

L’épidémie de Covid-19, plus couramment appelé Coronavirus, n’a pas qu’un impact sanitaire. Alors que le cours du porc et des céréales a été très fortement impacté, c’est désormais la filière laitière tout entière qui s’inquiète. Le Brésil et l’Inde ont dû revoir leurs prévisions de croissance annuelle à la baisse, quant à l’Italie, elle a été contrainte de fermer écoles et universités. En Asie, on fait face à la dégradation soudaine du réseau de téléphonie à cause d’une hausse de l’utilisation du réseau liée à une augmentation du télétravail.

En France, 900 entreprises ont déposé un dossier pour mettre leurs employés au chômage partiel. Et on ne compte plus les changements de calendrier dans les rencontres sportives, les concerts, et même les sorties scolaires. Le Gouvernement a, par ailleurs, récemment annoncé avoir limité à 3 euros le prix des gels hydroalcooliques afin d’éviter les abus.

L’immobilier : un rempart pour les investisseurs en temps de crise du coronavirus

Avec les incertitudes qui pèsent sur l’économie mondiale et qui menacent la croissance, l’immobilier fait encore une fois figure de valeur refuge. Aussi, les taux d’emprunt d’Etat retrouvent leur plus bas niveau depuis cinq mois.

-0,31 %
Depuis le 22 janvier, l’OAT 10 ans ne cesse de baisser. Le 2 mars dernier, il retombait en territoire négatif à -0,31 % pour l’ensemble des pays d’Europe à l’exception de l’Italie. Un niveau pas atteint depuis octobre 2019.

Cette situation inédite, après une année 2019 record, s’explique par le climat d’incertitude qui conduit les investisseurs à opter pour des placements peu ou pas risqués comme les emprunts d’Etats relativement épargnés par le virus. Pour ces mêmes raisons, la BCE (Banque Centrale Européenne) devraient conserver une politique de taux accommodante.

Coronavirus des conséquences sanitaires et économiquesQuel rapport entre le coronavirus et le crédit immobilier ? La baisse des taux d’emprunt d’Etat devrait permettre aux banques de reconstituer leurs marges plus vite que prévu. Un apport inespéré qui leur permettrait de proposer de nouveau des crédits à taux très bas, en particulier aux emprunteurs les plus aisés et à ceux offrant les meilleures garanties.

Car, si les conditions d’emprunt sont toujours très avantageuses en ce début d’année, les banques sont contraintes de composer avec les recommandations récentes du HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) qui leur impose de limiter les crédits à 25 ans et l’endettement des ménages au taux strict de 33 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos commentaires (3)

  • La rédactionBonjour Eric, Il vous faut voir ça directement avec les banques. Tout dépend de votre dossier... Cordialement,
    Le : 31/03/2020
  • milani ericje souhaite emprunter 150000 euros sur 25 ans j'ai 55 ans le puis-je?
    Le : 31/03/2020
  • M.YUne dissociation progressive entre les taux directeurs et les taux de prêts immobiliers a été amorcée suite aux recommandations de ACPR , seul le manque d'offre maintiendra la stagnation ou ralentissement des prix. Les banques sont très exigeantes pas SEULEMENT en raison des recommandations mais aussi pour des raisons macro économique : du risque de RÉCESSION ECONOMIQUE ; risques accrus de faillite des entreprises, chômage, coronavirus perçu comme un risque réel de santé par les assureurs , . Donc l'effort se portera sur le financement des entreprises pour éviter l'effet domino : insolvabilité, puis par ricochet crise financière. On ignore vraiment l'attitude des assureurs de prêt en zone de haute turbulence, et de manque de liquidité. l'immobilier sera comme tous les actifs impacté .Cependant le temps de réactivité et de compréhension du phénomène sera plus long. .
    Le : 12/03/2020