Crédit immobilier : l’hécatombe !

Preuve que la baisse des taux d’emprunt n’est pas suffisante pour relancer un marché immobilier aujourd’hui atone, l’Observatoire Crédit Logement CSA fait part, dans sa dernière note de conjoncture, d’une véritable hécatombe en ce qui concerne la demande de crédits immobiliers. Publié au premier trimestre de l’année, un rapport de la Banque de France secouait …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : l’hécatombe !

Preuve que la baisse des taux d’emprunt n’est pas suffisante pour relancer un marché immobilier aujourd’hui atone, l’Observatoire Crédit Logement CSA fait part, dans sa dernière note de conjoncture, d’une véritable hécatombe en ce qui concerne la demande de crédits immobiliers.

Publié au premier trimestre de l’année, un rapport de la Banque de France secouait le petit monde de l’immobilier en mettant en lumière la très nette baisse enregistrée en matière de production de crédits. Si certains voyaient dans l’actuelle faiblesse des taux un espoir de relance, la dernière publication de l’Observatoire Crédit Logement CSA a de quoi doucher leur optimisme. En effet, non seulement la situation ne s’est pas améliorée, mais elle semble plutôt s’être aggravée.

Sur le seul troisième trimestre, la demande de nouveaux prêts immobiliers a chuté de 24,3% par rapport au troisième trimestre 2011. “ En août, la production a fortement reculé […] puis en septembre, alors que le marché retrouve habituellement de la vigueur avec la rentrée, la reprise a été très molle “, souligne ainsi l’Observatoire. Face à des prix de l’immobilier sans doute encore excessivement élevés, les niveaux extrêmement bas auxquels s’affichent depuis plusieurs mois les taux n’apparaissent donc pas suffisant pour resolvabiliser les candidats à l’achat et relancer le marché.

Plus frappant encore, depuis le début de l’exercice 2012, la production de crédits a enregistré un repli quasi historique. Entre les neufs premiers mois de l’année 2012 et les neufs premiers mois de l’année 2011, la demande de prêts s’est ainsi effondrée de 30,5%. Pour l’économiste Michel Mouillart, “ une chute d’une telle ampleur et d’une telle rapidité, on ne l’a jamais connu. Durant la dépression de 2008-2009, il aura fallu deux ans pour en arriver là. Cette fois-ci, il aura suffit d’un an ”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *