Crédit immobilier : la production supérieure à 200 milliards d’euros pour la 4ème année consécutive

Cela fait quatre ans d’affilé que la production annuelle de nouveaux crédits immobiliers dépasse les 200 milliards d’euros. Après une année 2017 record, l’année 2018 a toutefois connu une baisse liée à la diminution du nombre de renégociations de prêts. Une tendance qui semble se poursuivre en ce début d’année.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : la production supérieure à 200 milliards d’euros pour la 4ème année consécutive

Production de nouveaux crédits à l’habitat : une année 2018 toujours très dynamique

pret-immobilier-hausse203 milliards d’euros, c’est le chiffre lié à la production de nouveaux crédits par les particuliers en 2018. Un cru exceptionnel malgré une baisse notable par rapport à l’année 2017 et ses quelque 273 milliards d’euros. Pour la quatrième année consécutive, les données publiées par la Banque de France font donc état d’une production supérieure à 200 milliards d’euros. Avant 2015, le seuil des 150 milliards d’euros était à peine franchi chaque année.

Ce dynamisme, l’année 2018 le doit aux taux d’intérêt à la baisse, mais également au prix de l’immobilier à la hausse qui a obligé les ménages à emprunter des sommes plus importantes. Le rôle de la BCE (banque centrale européenne) a lui aussi été crucial, maintenant les taux d’intérêt au plus bas.

Moins de renégociation de crédits immobiliers en 2018

Malgré des conditions de financement très attractives, la production des nouveaux crédits à l’habitat a baissé de 26 % entre 2017 et 2018. En cause, « la forte diminution des flux de rachats et renégociations (35 milliards d’euros en 2018 après 113 milliards en 2017) », précise la Banque de France. Il faut dire que la baisse des taux d’intérêt a incité de nombreux particuliers à renégocier leur prêt immobilier en 2017. Cette part représentait même 60 % des nouveaux crédits immobiliers au début de l’année contre 15 % fin 2018. Une situation qui s’est stabilisée depuis.

Pour les banques, la baisse des renégociations est une bonne nouvelle. Ce genre d’opérations les oblige en effet à toujours plus de compétitivité pour s’aligner sur la concurrence et séduire davantage de clients. La persistance du phénomène en 2017 et de manière plus éparse en 2018 a d’ailleurs étonné de nombreux professionnels qui s’attendaient à un coup d’arrêt plus brutal du phénomène.

De son côté, l’encours total de crédit à lui aussi connu une croissance importante l’an dernier de 5,8 %, atteignant ainsi 1 010 milliards d’euros. Pour rappel, en juin dernier, le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) avait demandé aux banques de prévoir un coussin de fonds propres « contracyclique » de 0,25 %. Cet outil, une première en France, est destiné à anticiper un éventuel retournement du cycle économique et financier.

5,5 milliards d’euros
www.banque-france.fr : « En décembre 2018, la variation mensuelle d’encours de crédits à l’habitat augmente (5,5 milliards d’euros après 4,4 milliards en novembre) et atteint son plus haut niveau de l’année ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *