Crédit immobilier : les taux bas profitent aux emprunteurs au détriment des banques

Depuis près de 5 ans, les ménages souhaitant investir dans l’immobilier bénéficient de conditions de financement toujours plus avantageuses. Cette année, les taux historiquement bas permettent ainsi d’enregistrer un volume de transactions record dans l’ancien. Mais cette situation bénéficie-t-elle à tous les acteurs du crédit immobilier en France et en Europe ?

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : les taux bas profitent aux emprunteurs au détriment des banques

 

La BCE incite les banques européennes à prêter à leurs clients.

En matière de crédit, c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui donne le tempo pour les 19 pays de la zone euro, dont la France. Et depuis cinq ans, la tendance est plutôt à la baisse. Du côté du crédit immobilier, les taux directeurs qui scellent les relations entre la BCE et les banques européennes permettent à ces dernières d’emprunter à des taux négatifs. Une tendance qui se répercute assez logiquement sur les emprunteurs eux-mêmes.

Mais il est un effet plus pernicieux. Les banques doivent stocker des liquidités auprès de la BCE pour disposer des fonds nécessaires lors des retraits des clients. Mais si ces stocks sont trop importants, la BCE applique des sanctions financières. Autrement dit, la BCE incite les banques à prêter plutôt qu’à stocker pour dynamiser l’économie. Sauf que les taux bas des crédits immobiliers tendent à réduire les marges des banques européennes, ce qui leur coûte plusieurs milliards d’euros par an.

Les taux pourraient encore baisser en septembre.

taux-baisse-septembreAlors que les acteurs du crédit européen prévoyaient une remontée des taux au deuxième semestre 2019, la tendance est encore à la baisse et les taux de la BCE pourraient même su

bir un nouveau coup de rabot à la mi-septembre. Un coup dur pour les banques dont la rentabilité est déjà fragilisée par une politique de taux bas durable.

Si tous les établissements financiers sont impactés par la politique de la BCE, les plus touchés sont ceux qui se sont spécialisés dans le crédit et l’épargne. Les b

anques qui proposent également d’autres services financiers, des produits d’assurance, et multiplient les investissements, sont relativement épargnées.

Politique de taux bas de la BCE : les emprunteurs, ces grands gagnants

Dans ce marché sous tension, les banques se livrent une concurrence féroce pour tenter de renforcer leur clientèle. Et le crédit immobilier semble être l’argument de poids, ce qui profite aux ménages qui souhaitent devenir propriétaires de leur résidence principale, ou investir dans l’immobilier locatif.

À l’inverse, les épargnants qui mettent de l’argent de côté, ont vu le rendement de leurs investissements financiers fondre comme neige au soleil, au même rythme que les taux. En Allemagne en particulier, où l’épargne est cruciale pour l’activité des retraités, cette tendance est jugée préoccupante.

12,4 %
C’est le taux moyen d’épargne de la zone euro.
Au premier trimestre 2019, les Luxembourgeois et les Allemands étaient les premiers épargnants d’Europe avec des taux respectifs de 22 % et 18,1 %.

Certains épargnants et investisseurs n’hésitent alors pas à se lancer dans des placements plus risqués pour espérer booster leurs rendements, au risque de perdre plus gros encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *