Crédit immobilier : les taux réels seront peut-être bientôt négatifs

Et si contracter un prêt immobilier permettait en réalité de gagner de l’argent ? C’est peut-être la surprise qu’auront les futurs acquéreurs dans quelques mois. Des taux d’intérêt toujours bas et une inflation en hausse contribuent en effet à créer de la valeur. Une aubaine pour les ménages et les professionnels du secteur.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : les taux réels seront peut-être bientôt négatifs

Prêt immobilier et taux d’intérêt

taux-négatifs-immobilierLes experts ne cessent de le répéter, les taux d’intérêt des prêts immobiliers sont actuellement extrêmement bas. Malgré la hausse des prix de l’immobilier, il est donc particulièrement intéressant d’investir compte tenu du contexte actuel et des conditions de financement qui placent la France dans une situation privilégiée par rapport au reste des pays européens. Mais la notion de taux d’intérêt et plus précisément de taux bas est une notion incomplète et parfois floue. Il faut en réalité parler de taux d’intérêt nominal et de taux d’intérêt réel.

Consultez les meilleurs taux immobilier du mois


D’un côté, il y a donc le taux nominal qui n’est autre que celui proposé par la banque au moment de la négociation d’un prêt. C’est le taux qui définit la pertinence d’une offre plutôt qu’une autre et peut être revu à la baisse avec l’aide d’un courtier. De l’autre, il y a le taux réel. Celui-ci est particulièrement pertinent et plus juste que le taux nominal pour constater l’évolution, car le taux d’intérêt réel prend en considération le taux nominal duquel est déduit le taux d’inflation. Il tient donc compte de l’évolution du coût de la vie.

1,46 %
C’est le taux d’intérêt d’emprunt nominal moyen proposé par les banques en mai 2018 (pour rappel, il était de 7,05 % en 1998). Mais en prenant en compte l’inflation, le taux d’intérêt réel est proche de 0 %.

Comment l’inflation influence les taux d’intérêt

Malgré une légère hausse observée en juin, les banques proposent toujours des taux intéressants, ne serait-ce que pour remplir leurs objectifs du nombre de crédits accordés. Une logique relayée par la Banque centrale européenne et appliquée par les banques qui rivalisent de stratégies commerciales pour attirer de nouveaux clients. La situation est donc simple actuellement, les taux d’intérêt sont bas et l’indice des prix à la consommation, qui mesure l’inflation, repart à la hausse. En conséquence de quoi les taux d’intérêt réels sont nuls. Ils pourraient même devenir négatifs si la tendance se poursuit.

Aujourd’hui, contracter un crédit est donc très bon marché mais dans quelques mois, cela pourrait même permettre aux ménages qui souhaitent investir, de créer de la valeur. L’inflation a en effet atteint son niveau le plus haut depuis 2012. Une situation vécue par la plupart des pays européens, que les spécialistes attribuent en premier lieu au coût de l’énergie, en effet, les prix des carburants ou de l’électricité ont progressé de 10 % en un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *