La durée des crédits immobiliers continue d’augmenter

Depuis le début de l’année, les taux d’emprunt moyens restent relativement stables. Actuellement, de 1,28 % pour un prêt sur 15 ans, de 1,49 % pour un emprunt sur 20 ans et de 1,70 % pour un crédit sur 25 ans, ils n’ont jamais été aussi bas depuis février 2017. Malgré tout, on observe une augmentation des durées de prêts.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. La durée des crédits immobiliers continue d’augmenter

14 mois en 4 ans

Selon L’Observatoire Crédit Logement / CSA, la durée moyenne des crédits immobiliers accordés actuellement est de 218 mois, soit un peu plus de 18 ans.
Si on regarde ce chiffre plus en détail, on constate que la durée des prêts pour l’achat d’un bien neuf est de 238 mois, soit presque 20 ans et de 232 mois, soit un peu plus de 19 ans pour l’achat d’un bien ancien.

Une durée qui s’est allongée de 14 mois depuis 4 ans. En effet, au début de l’année 2014, la durée moyenne des prêts immobiliers était de 204 mois. À noter, que pour la seule année 2017, la durée moyenne d’un crédit immobilier a augmentée de 5 mois.

60,4 %
Les prêts immobilier de plus de 20 ans représentent 60,4 % des prêts à l’accession. En 2014, la part de ces prêts était de 45,1 %.

Le retour des prêts longues durées

Les crédits immobiliers de plus de 25 ans représentent, eux, près de 30 % des prêts accordés à ce jour. Un chiffre encore jamais atteint selon L’Observatoire Crédit Logement. On constate même qu’entre 2014 et février 2018, la part des prêts dont la durée est comprise entre 25 et 30 ans a doublé. Elle est passée de 14,4 % à 30,1 %.

credi-immobilier-duree-exploseUn phénomène qui s’explique à la fois par la hausse des prix de l’immobilier et le rajeunissement des emprunteurs. En 2017, 600 000 primo-accédants sont devenus propriétaires. Ces ménages, plus jeunes et plus modestes, disposent généralement d’un faible apport personnel. L’allongement des durées de prêts leur permettent donc d’emprunter des montants plus importants.

Effectivement, d’après L’Observatoire Crédit Logement, la solvabilité des ménages modestes s’est fortement dégradée ces derniers temps. Bien que les taux d’emprunt soient particulièrement bas, ils ne permettent pas de compenser la hausse des prix de l’immobilier. Une situation qui remet en cause la solvabilité de ces ménages.

La dégradation de la solvabilité due à la hausse des prix constatée depuis 6 mois a été 4 fois plus forte que ce que la seule baisse des taux aurait pu absorber.

De même, le recentrage du prêt à taux zéro, la suppression de l’APL accession, ainsi que le retour de l’apport personnel voulu par la Banque de France sont venus détériorer encore un peu plus la solvabilité des ménages modestes.

Pour séduire et resolvabiliser cette clientèle, les banques acceptent donc à nouveau de proposer des crédits sur plus de 25 ans, voir même sur 30 ans. À noter que ces prêts longues durées profitent également à des investisseurs ou multi-propriétaires qui ne veulent pas trop alourdir leurs remboursements mensuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *