Immobilier : à quoi faut-il s’attendre pour la rentrée ?

Bousculée par la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, la rentrée 2020 a cependant un goût d’inédit et d’incertitude et le secteur de l’immobilier n’échappe pas à la règle. Dans ce contexte, la hausse des prix (notamment dans les grandes villes) et le regain d’intérêt des Français pour les maisons avec jardin se confirment.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Immobilier : à quoi faut-il s’attendre pour la rentrée ?

Une rentrée immobilière incertaine après une reprise timide

Rentrée timide pour l'immobilierOn le sait, l’épidémie de coronavirus et le confinement qui a contraint les Français à rester à domicile pendant deux mois, ont eu un impact fort et encore sous-estimé sur l’économie tout entière. En matière d’immobilier, ce sont de nombreuses transactions qui ont dû être stoppées, des dossiers de demande de prêt immobilier en pause, des diagnostics de performance énergétique (DPE) qui n’ont pas pu être réalisés.

Si de nombreux porteurs de projet immobilier ont toutefois pu finaliser leur transaction dès le 18 mai dernier, date de la levée du confinement, la reprise reste timide. En effet, pour beaucoup, la rentrée est teintée d’incertitudes. Pire, nombre de ménages doivent composer avec des baisses de revenus qui entachent leur pouvoir d’achat.

-24,2 %
Sur les trois derniers mois, l’activité immobilière enregistre un recul de 24,2 % sur l’ensemble de l’Hexagone, par rapport à la même période en 2019

Reste que dans certaines zones géographiques telles que l’Île-de-France, la Basse-Normandie et le Limousin, la reprise a été plus dynamique que sur le reste du territoire. La baisse d’activité se limite à 10 % sur les trois derniers mois.

Malgré la hausse des prix, les maisons avec jardin ou terrasse ont la cote

Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, ni la crise sanitaire, ni la baisse d’activité de l’immobilier depuis le confinement n’auront fait baisser les prix du foncier. En effet, la demande reste toujours forte et se heurte à une offre rare qui tend à maintenir les prix hauts.

En cette rentrée 2020, les prix de l’immobilier ancien s’affichent à 3 754 €/m² en moyenne, soit une hausse de 5,2 % sur un an et de 2,1 % sur trois mois. Dans le détail, il faut désormais débourser 3 252 €/m² en moyenne pour une maison en France, en hausse de 3,2 % sur trois mois et 4 226 €/m² en moyenne pour un appartement, en hausse de 1,2 % sur trois mois.

Si l’augmentation est particulièrement marquée dans les grandes villes de plus de 100 000 habitants, on enregistre depuis trois mois une baisse inédite de l’ordre de 4,2 % des prix de l’immobilier à Paris. Quant aux maisons avec un extérieur, dont les ménages Français sont particulièrement friands depuis le confinement, leur rareté, notamment dans les centres-villes, tend à réduire les écarts de prix entre les villes moyennes comme Brest, Rouen et Nancy et les grandes agglomérations telles que Bordeaux, Lyon et Nice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *