Immobilier : des écarts de prix avant un retour à la stabilité prévu dès 2019

Le comparateur MeilleursAgents vient de publier son 105 ème baromètre mensuel de l’évolution des prix de l’immobilier en France. Si septembre semble s’inscrire dans la lignée des 30 derniers mois, la tendance à la hausse pourrait encore se poursuivre jusqu’à l’été prochain. Mais c’est sans compter les écarts de prix entre les grandes agglomérations françaises et une baisse déjà entamée dans certains secteurs.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Immobilier : des écarts de prix avant un retour à la stabilité prévu dès 2019

Changement de cycle en prévision ?

ecart-stabilité-immobilierUne hausse modérée du prix des logements français de l’ordre de 1,5 % en moyenne. C’est ce que prévoit le site Meilleursagents.com dans son dernier baromètre publié début septembre. Loin des chiffres records observés en 2017, la hausse devrait malgré tout se poursuivre, mais de manière tempérée, comme le veut la tendance depuis 2016.

Les vendeurs peuvent donc encore espérer réaliser de belles affaires au moins jusqu’à l’été 2019 qui devrait être annonciateur d’un changement de cycle.

Pour appuyer ses prévisions, le site se base sur plusieurs indicateurs tels que le marché de l’emploi et notamment les chiffres du chômage qui, bien que supérieurs aux données européennes, sont en baisse en cette fin d’année. Mais également sur les délais de vente médians qui permet d’observer une fluidité du marché grâce à des délais de vente relativement courts dans la plupart des grandes villes françaises.

39 jours
De 47 en 2017, il faut désormais 39 jours en moyenne pour vendre un bien à Paris. Même tendance à Marseille qui passe de 80 à 74 jours ou encore Lyon de 51 à 45 jours. Seules Strasbourg et Bordeaux ont vu leurs délais augmenter en un an.

Une hausse record des prix dans la Capitale…

En 10 ans, les prix de l’immobilier parisien ont grimpé de 41,5 % et notamment +6,7 % en 2017 et +4,6 % depuis janvier 2018. Il faut donc désormais débourser 9 300 €/m² en moyenne pour s’offrir un appartement ancien. Malgré tout, les spécialistes ne misent pas sur une poursuite de cette hausse qui commence même à montrer quelques signes d’essoufflement. La barre symbolique des 10 000 €/m² ne devrait donc pas être atteinte.

À Paris comme ailleurs, la stagnation des taux d’intérêt, des prix qui ont atteint des sommets et l’allongement de la durée des prêts immobiliers qui ne saurait encore augmenter, laissent plutôt supposer l’effet inverse dans les mois à venir.

… Mais une baisse dans 35 % des grandes villes françaises

Durant les 8 premiers mois de l’année 2018, la tendance n’était pas à la hausse partout en France. Un tiers des 50 plus grandes villes ont d’ailleurs vu leur prix commencer à baisser. Si à Rennes, Lyon, Lille, Strasbourg et Toulouse la hausse se poursuit avec respectivement 4,3 %, 4,1 %, 3 %, 2,7 % et 2,2 %, à Nice et Bordeaux notamment, les premières baisses ont été enregistrées.

Avec 948 000 transactions recensées durant les 12 derniers mois, en baisse de -1,25 % par rapport à 2017, le marché semble avoir déjà amorcé une légère descente. Une période qualifiée d’ « avant-veille d’une modification profonde des conditions du marché » par les experts de Meilleursagents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *