L’immobilier français, l’un des plus chers d’Europe !

Dans une récente étude, le Crédit Foncier soulignait l’intérêt des européens pour le crédit immobilier tout en relevant des disparités flagrantes entre les états. Une disparité dont le cabinet Deloitte se fait également l’écho mais cette fois-ci au sujet des prix de l’immobilier. En dévoilant les résultats de son enquête baptisée “Propert index”, le cabinet …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. L’immobilier français, l’un des plus chers d’Europe !

Dans une récente étude, le Crédit Foncier soulignait l’intérêt des européens pour le crédit immobilier tout en relevant des disparités flagrantes entre les états. Une disparité dont le cabinet Deloitte se fait également l’écho mais cette fois-ci au sujet des prix de l’immobilier. En dévoilant les résultats de son enquête baptisée “Propert index”, le cabinet ne peut que se rendre à l’évidence : les européens ne sont pas tous logés à la même enseigne.

Immobilier : il est plus facile d’acheter en Allemagne qu’en France

Lorsque l’on souhaite acheter un bien immobilier, mieux vaut-il être français, allemand, anglais ou danois ? C’est à cette question que le cabinet Deloitte tente d’apporter une réponse en publiant la 3ème édition de son enquête “Propert index”. Après analyse du marché des logements résidentiels au sein de 15 pays d’Europe (auxquels s’ajoute Israël), le cabinet constate que les candidats à l’achat apparaissent nettement favorisés au Danemark, en Allemagne, au Portugal ou en Belgique qu’en France, Royaume-Uni ou Russie. En effet, pour l’acquisition d’un logement de 70 m², l’étude révèle que si danois et allemands n’auront respectivement à débourser que 2,1 et 3 années de revenu, un effort bien plus important sera demandé aux français (7,9 années de revenu moyen), aux anglais (8,5 années) et aux russes (10,4 années). Sur ce point, la palme revient toutefois à Israël qui affiche un achat immobilier correspondant à 12,1 année de revenu.

Si le niveau des prix pèse évidemment sur l’effort demandé aux acquéreurs, l’étude note que celui-ci ne semble toutefois pas entretenir de lien direct avec le niveau de richesse du pays. L’effort financier nécessaire à l’achat d’un logement peut en effet se révéler comparable et ce, que le pays concerné affiche un fort PIB (France, Royaume-Uni) ou non (République tchèque, Pologne).

Paris, deuxième capitale la plus chère

Sur le front des prix, Londres et Paris s’imposent comme les capitales les plus chères d’Europe en proposant un prix moyen au mètre carré pouvant excéder les 10.000 euros pour la première et de 8.140 euros pour la capitale française. Les investisseurs préféreront donc peut être se tourner vers Varsovie (1704 euros / m²), Lisbonne (1640 euros) ou encore Budapest (1140 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *