Prêt immobilier : la hausse des taux ne fera pas de pause

De retour de vacances, les emprunteurs vont désormais devront se confronter à la dure réalité, celle d’une hausse des taux de prêt immobilier généralisée et surtout engagée sur le long terme. En effet, s’il faut en croire le courtier en ligne ACE, le mouvement constaté ces dernières semaines devrait continuer à affecter les taux, mois …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : la hausse des taux ne fera pas de pause

De retour de vacances, les emprunteurs vont désormais devront se confronter à la dure réalité, celle d’une hausse des taux de prêt immobilier généralisée et surtout engagée sur le long terme. En effet, s’il faut en croire le courtier en ligne ACE, le mouvement constaté ces dernières semaines devrait continuer à affecter les taux, mois après mois, sans s’octroyer de pause.

Si la plupart des observateurs et professionnels du secteur s’accordent à exclure l’éventualité d’une remontée brutale des taux d’intérêt, le courtier en ligne ACE souligne de son côté la forte probabilité de voir ce mouvement haussier perdurer au fil des mois. Dévoilant son analyse semestrielle du crédit immobilier, ACE livre ces perspectives quant à l’évolution supposée des taux. S’il dresse ainsi trois scénarii bien distincts, le courtier accorde toutefois sa préférence à une remontée progressive des taux de prêt immobilier. « Nous pensons que la hausse sera plutôt régulière et lente : de 1 à 2 dixièmes chaque mois. Ce scénario est le plus probable, compte-tenu du contexte économique actuel de la France et plus globalement de la zone Euro », précise-t-il.

Avoisinant actuellement les 3,15% sur 15 ans et les 3,45% sur 20 ans (chiffres Empruntis en date de ce 22 août 2013), un maintien des taux d’emprunt n’est certes pas à exclure mais semble bénéficier d’une probabilité bien moindre. Si la Banque Centrale Européenne (BCE) continue d’appliquer une politique accommodante à l’égard des établissements prêteurs, le courtier estime qu’ « Il est possible que sur une période de 6 mois ou 1 an, nous constations un maintien des taux dans une fourchette comprise entre 3 et 3,5 % pour les crédits sur 20 ans ».

Quant à l’hypothèse d’un retour remarqué de la baisse des taux, elle ne devrait recueillir les faveurs que des plus optimistes. Face à la remontée amorcée par l’OAT (taux financier déterminant les taux fixes appliqués par les banques), cette éventualité apparaît pour le courtier « inenvisageable aujourd’hui ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *