Et si l’envolée des taux italiens profitait à la France ?

Alors que l’Italie est en pleine crise depuis les élections législatives du mois de mars, la dette persiste et les taux d’intérêt s’envolent. Une situation tendue qui affole les marchés boursiers internationaux mais dont pourraient bien tirer parti les ménages français. Outre-Manche, on appelle ce phénomène « Flight to quality ».

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Et si l’envolée des taux italiens profitait à la France ?

Crise en Italie : deuxième dette européenne après la Grèce

Alors que l’Italie a finalement trouvé son Premier ministre en la personne de Giuseppe Conte, les mois d’après négociations et la politique du nouveau gouvernement affolent les marchés et les investisseurs. En ligne de mire, les annonces récentes du chef du parti populiste en faveur d’un revenu de citoyenneté et d’un plan de relance visant à faire baisser les impôts. Des mesures qui coûteraient au pays plusieurs milliards d’euros et viendraient alourdir une dette déjà abyssale.

2 300 milliards d’euros
C’est le poids de la dette italienne, seconde de la zone euro derrière la Grèce. Alors que les critères européens fixent à 60 % le ratio PIB / dette, celle de l’Italie culmine actuellement à 132 %.

Face aux risques d’une telle instabilité et au manque de perspectives à court et moyen terme, les investisseurs fuient et les taux grimpent en flèche.

Comment la situation italienne influence les taux d’intérêt français

dette-italienne-influence-taux-françaisLorsque l’on est face à un risque, la tendance est à la fuite pour se réfugier vers un endroit sécurisé. C’est exactement ce qu’il se passe entre l’Italie et la France. Un mécanisme que les Anglais appellent « Flight to quality » ou fuite vers la qualité. Autrement dit, les taux d’intérêt français à long terme baissent de manière spectaculaire en même temps qu’ils grimpent en Italie. Car la France rassure les investisseurs.

Une situation bénéfique pour les ménages français qui souhaitent contracter un crédit, qu’il s’agisse d’un prêt immobilier ou d’un crédit à la consommation. Les taux d’intérêt sont au plus bas et semblent y rester malgré les prévisions qui avaient été faites fin 2017, ce à court terme en tous cas.

Car la tendance est tout de même à la hausse. L’inflation dont le pic d’augmentation est attendu pour cet été a un fort impact sur les taux d’intérêt. Qui plus est, une crise italienne de plus grande ampleur pourrait avoir des conséquences, cette fois-ci négatives, sur l’ensemble de la zone Euro. Rappelons que la crise grecque avait déjà ébranlé l’équilibre européen il y a quelques années, alors que la Grèce est plus petite et pèse bien moins lourd que l’Italie, économiquement parlant.

Les professionnels de l’immobilier recommandent donc aux candidats à l’achat de concrétiser rapidement leur acquisition. Quel que soit le scénario européen, les spécialistes s’attendent en effet à une remontée des taux dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *