Les banques lâchent du lest sur le prêt immobilier

Malgré la remontée engagée ces dernières semaines, les taux de prêt immobilier affichent encore des niveaux particulièrement attractifs pour ceux qui souhaiteraient concrétiser un projet immobilier. S’il s’agit là d’un élément solvabilisateur indéniable pour bon nombre de ménages, encore faut-il que ces derniers puissent répondre aux exigences des banques en matière de conditions d’octroi. Or, …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Les banques lâchent du lest sur le prêt immobilier

Malgré la remontée engagée ces dernières semaines, les taux de prêt immobilier affichent encore des niveaux particulièrement attractifs pour ceux qui souhaiteraient concrétiser un projet immobilier. S’il s’agit là d’un élément solvabilisateur indéniable pour bon nombre de ménages, encore faut-il que ces derniers puissent répondre aux exigences des banques en matière de conditions d’octroi.

Or, si l’on entend régulièrement les établissements prêteurs se féliciter de soutenir le marché en pratiquant des taux toujours relativement bas, les discours sont bien souvent différents lorsque l’on évoque un éventuel assouplissement des critères auxquels doivent se conformer les candidats à l’emprunt. La dernière enquête de la Banque de France sur la distribution du crédit en France ne comblera certes pas totalement les espérances des particuliers à ce sujet mais pourra toutefois satisfaire les plus optimistes.

Rendue publique ce mardi 13 août, l’étude souligne en effet le léger assouplissement affiché par le secteur du prêt immobilier en matière de conditions d’octroi. Selon la Banque de France, si 84% des établissements interrogés avouent n’avoir opéré aucun changement notable, 9% d’entre eux auraient néanmoins revu leurs exigences à la baisse au cours du mois de juillet dernier. Un chiffre qu’il convient toutefois de relativiser, la proportion des banques déclarant avoir durci leurs critères d’octroi s’élevant quant à elle à 8%. Dans le détail, l’enquête note qu’ « une baisse des marges est signalée pour les crédits à l’habitat de risque moyen et de façon moins prononcée pour ceux plus risqués ».

Concernant la distribution de crédits, 37% des banques ont pu constater une progression de la demande lors de ce mois de juillet (contre 36% en juin). Un signe encourageant pour ceux qui craignaient de voir l’attentisme des acquéreurs se renforcer sous l’impulsion de la hausse des taux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *