Les courtiers excluent une remontée des taux

Alors que l’on évoquait dans un précédent article une remontée éventuelle des taux de prêt immobilier, le courtier en ligne Meilleurtaux ne semble toutefois pas l’entendre de cette oreille. Selon ce dernier, après un plus bas historique atteint en mai, les taux sont restés extrêmement favorables en juin et devraient poursuivre sur cette lancée au …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Les courtiers excluent une remontée des taux

Alors que l’on évoquait dans un précédent article une remontée éventuelle des taux de prêt immobilier, le courtier en ligne Meilleurtaux ne semble toutefois pas l’entendre de cette oreille. Selon ce dernier, après un plus bas historique atteint en mai, les taux sont restés extrêmement favorables en juin et devraient poursuivre sur cette lancée au cours des mois à venir.

Si la tendance n’est certes peut être plus à une franche baisse des taux de crédit, le mouvement de repli observé jusque-là continu toutefois de profiter aux emprunteurs. Selon le courtier Meilleurtaux, en ce début du mois de juin, les taux ont enregistré une baisse moyenne de l’ordre de -0,05 %. Concrètement, un prêt immobilier sur 15 ans se négocie désormais à un taux de 2,91 % alors que des emprunts sur 20 et 25 ans affichent un taux moyen respectif de 3,24 et 3,60 %.

Faisant remarquer que 60 % de ses banques partenaires n’ont quasiment pas touché à leur barème et que les 40 % restant ont appliqué de légères baisses, le président de Meilleurtaux, Hervé Hatt, estime que « tant que le contexte économique restera tendu avec une demande de crédit qui reste faible et un taux d’emprunt d’Etat à 2 % en moyenne, les taux de crédit devraient rester à ce niveau historiquement bas ». Les candidats à l’emprunt peuvent donc anticiper sereinement l’avenir puisque selon lui, « rien ne laisse présager d’une quelconque remontée pour l’instant ».

Même son de cloche du côté de Cafpi. Si en début de semaine Philippe Taboret évoquait un maintien à des niveaux « extrêmement faibles » des indices de référence tel que l’OAT 10 ans (affirmation que certains pourront toutefois contester au regard de la récente remontée de ce dernier), le directeur adjoint du courtier mise également sur un contexte des plus favorables. Les banques « qui n’ont pas réalisé leurs objectifs du premier semestre tentent de redresser la barre par des taux plus compétitifs », expliquait-il ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *