Les prix immobiliers baisseront de 3% en 2015

Sur l’ensemble de l’année 2014, les prix de l’immobilier ancien se sont repliés de près de 1,7%. C’est ce que constate la Fnaim qui mise pour 2015 sur une baisse n’excédant pas 3%. Immobilier : les prix ont faibli en 2014 sans s’effondrer On le sait, si les taux de prêt immobilier ont enregistré une …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Les prix immobiliers baisseront de 3% en 2015

Sur l’ensemble de l’année 2014, les prix de l’immobilier ancien se sont repliés de près de 1,7%. C’est ce que constate la Fnaim qui mise pour 2015 sur une baisse n’excédant pas 3%.

Immobilier : les prix ont faibli en 2014 sans s’effondrer

On le sait, si les taux de prêt immobilier ont enregistré une correction des plus conséquentes (85 points de base sur un an), les prix des logements anciens ont pour leur part accusé une baisse nettement plus contenue. Dans une note publiée ce mardi 9 décembre, la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) évalue ainsi à -1,7% le repli de ces derniers sur l’ensemble de l’année écoulée (après les -2,9% recensés en 2013). Pour la deuxième année consécutive les prix se sont donc contractés, mais pas suffisamment semble-t-il pour donner un nouvel élan au marché. Sur l’année 2014, le volume de transactions s’établit ainsi à 720 000 unités. Sans être catastrophique, le nombre des ventes se révèle donc relativement faible, comme le souligne Jean-François Buet, président de la FNAIM : « mis à part 2008, on était sur des volumes supérieurs à 800.000 transactions annuelles. Donc on se dit qu’il y a 100.000 transactions qui ne se sont pas faites ».

2015, année de la reprise ?

Reste désormais à savoir si la reprise aura lieu en 2015. Une perspective à laquelle ne croit pas la Fnaim qui table en effet sur une année à venir globalement similaire à celle qui s’achève. « Nous nous attendons à ce que les prix en 2015 soient stables ou reculent au maximum de 2 à 3 % », précise à ce sujet Jean-François Buet.

Si cette baisse pronostiquée par la Fnaim pour 2015 apparaît relativement légère au regard d’une après crise des subprimes qui a vu les prix se corriger de -4,9% (en 2009), n’est-elle pas déjà trop optimiste ? S’il conviendra évidemment d’attendre pour pouvoir répondre objectivement à cette question, force est de constater que le marché ne s’est pour l’heure pas encore véritablement rétabli, pâtissant cruellement de l’attentisme des candidats à l’achat. En outre, si les taux de prêt immobilier ne cessent de battre des records d’attractivité et incitent par conséquent les vendeurs à maintenir leurs prix, les critères d’octroi appliqués par les banques n’en restent pas moins toujours extrêmement resserrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *