Naissance d’un enfant : comment anticiper les nouvelles dépenses ?

60 % des Français considèrent la naissance d’un enfant comme l’événement le plus heureux de leur vie. Mais cette période, qui implique de nouveaux frais, peut également venir affaiblir le budget de la famille et donc le « reste à vivre ». Quelques astuces existent toutefois pour réduire les dépenses, parmi lesquelles le rachat de crédit pour les emprunteurs.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Naissance d’un enfant : comment anticiper les nouvelles dépenses ?

La France, parmi les championnes d’Europe des naissances

En 2018, l’INSEE a enregistré 758 000 naissances en France. Un chiffre en baisse depuis quatre ans, qui place désormais l’indice de fécondité à 1,87 enfants par femme. Malgré tout, l’hexagone demeure l’un des pays d’Europe où l’on a le plus d’enfants, avant la Suède et l’Irlande.

Plusieurs paramètres expliquent cela. L’accouchement et la surveillance de la mère durant la grossesse sont pris en charge totalement par la sécurité sociale. Ensuite, une prime de naissance est versée sous la forme de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje). Plus tard, un ménage peut par ailleurs bénéficier des allocations de soutien familial et de rentrée scolaire sous certaines conditions. À noter que des allocations familiales sont versées à compter du second enfant.

Naissance d’un premier enfant : près de 500 € de dépenses mensuelles

depenses-mensuelles-premier-enfantsMalgré ces aides, il a été démontré que l’arrivée d’un premier enfant au sein d’un couple génère en moyenne quelque 490 € de dépenses mensuelles supplémentaires.

60 %
Pour 60 % des parents, la naissance d’un premier enfant a un impact important sur leur budget. 50 % d’entre eux déclarent d’ailleurs ne pas avoir suffisamment anticipé ces dépenses avant l’arrivée de l’enfant au sein du foyer.

Il faut dire que les charges sont nombreuses et variées : couches, produits d’hygiène, alimentation, équipement, habillement et plus tard, éventuels frais de garde et de scolarité.

Crédit immobilier, crédit à la consommation : pensez au rachat de crédits

Pour faire face à ces nouveaux frais, plus de 30 % des ménages n’hésitent pas à débloquer des économies ou une épargne et 10 % d’entre eux contractent un crédit.

Une nouvelle organisation peut également être nécessaire, ce notamment lorsque le budget du ménage est déjà fragile, du fait par exemple d’un crédit immobilier en cours et éventuellement d’un crédit à la consommation. Dans ce cas, afin d’éviter une situation de surendettement, il peut être intéressant de recourir au rachat de crédits. Celui-ci permet de regrouper plusieurs crédits en un seul et d’alléger les mensualités. Pour ce faire, il est nécessaire de faire appel à un courtier en regroupement de crédits. Grâce à son expertise, il peut optimiser les situations financières complexes et ainsi dégager un reste à vivre suffisant pour accueillir un nouveau-né dans les meilleures conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *