Prêt immobilier : confirmation de la baisse des taux

La hausse des taux n’aurait-elle été qu’un simple incident de parcours ? C’est en tout cas ce que pense le courtier Cafpi pour qui la tendance baissière reste encore et toujours de mise. La hausse des taux aura été bien éphémère La remontée des taux de prêt immobilier observée au cours de la période estivale …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : confirmation de la baisse des taux

La hausse des taux n’aurait-elle été qu’un simple incident de parcours ? C’est en tout cas ce que pense le courtier Cafpi pour qui la tendance baissière reste encore et toujours de mise.

La hausse des taux aura été bien éphémère

La remontée des taux de prêt immobilier observée au cours de la période estivale n’a finalement été qu’ « un réajustement technique de la part des établissements prêteurs, et en aucun cas d’un changement de tendance macroéconomique ». Telle est la thèse défendue aujourd’hui par Cafpi. Une prise de position qui n’étonne guère tant le courtier n’a eu de cesse d’afficher ses doutes en ce qui concerne la pérennité de la hausse des taux. Les dernières évolutions appliquées par les banques à leurs barèmes semblent aujourd’hui lui donner raison.

Dans sa dernière note de conjoncture, l’observatoire Crédit Logement / CSA constate que plus de la moitié des prêts immobiliers souscrits depuis le début de l’année 2015 l’ont été sur une durée d’emprunt de 20 ans ou plus. Or, selon les données recueillies par Cafpi auprès de ses banques partenaires, il s’agit justement là des durées qui enregistrent actuellement les baisses de taux les plus significatives. En octobre, le taux de prêt sur 20 ans s’établit ainsi en moyenne à 2,60% (contre 2,63% en septembre) et celui sur 25 ans se négocie désormais à 3,03% (contre 3,14% en septembre). Les taux les plus prisés s’orientant à la baisse, il n’en fallait pas plus pour que le courtier balaye le récent mouvement haussier d’un revers de main.

Les taux bas vont s’imposer au cours des prochains mois

La remontée des taux engagée fin mai n’aura donc été que le seul moyen trouvé par les établissements prêteurs pour juguler l’afflux massif de demandes de crédit auquel ils étaient alors confrontés. Cafpi en veut pour preuve que la banque qui a initié cette remontée est également la première à avoir révisé ses barèmes à la baisse. Après un été de diète forcée, les banques « veulent à nouveau manifester leur présence vis-à-vis de la demande. C’est pourquoi elles attaquent cette rentrée avec appétit. Elles sont d’autant plus accommodantes qu’elles sont rassurées par les perspectives économiques », explique le courtier. Selon lui, les conditions de crédit devraient d’ailleurs rester hautement favorables aux emprunteurs puisque, « seul un retour de l’inflation déclenchera une vraie hausse des taux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *