Les taux de prêt immobilier continuent de baisser en novembre

Mois après mois on nous annonce la fin de la baisse des taux de prêts immobiliers comme si le plancher avait été atteint. Et mois après mois c’est une nouvelle baisse qui est constatée. Le courtier en ligne Empruntis.com faisait part pour le début du mois de novembre d’un nouveau recul des taux de prêts. …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Les taux de prêt immobilier continuent de baisser en novembre

Mois après mois on nous annonce la fin de la baisse des taux de prêts immobiliers comme si le plancher avait été atteint. Et mois après mois c’est une nouvelle baisse qui est constatée.

Le courtier en ligne Empruntis.com faisait part pour le début du mois de novembre d’un nouveau recul des taux de prêts.

Le prêt immobilier sur 20 ans, le prêt le plus fréquemment contracté, s’établissait selon Empruntis au taux moyen de 4,00% tandis qu’un crédit sur 15 ans se négocie à 3,90%. Le recul des taux de crédit immobilier sur les douze derniers mois est donc particulièrement important. En octobre 2008 un emprunt sur 20 ans se négociait autour de 5,40%, le cout du crédit immobilier est donc en régression de 1,4% sur un an.

Après la forte baisse des taux d’intérêt en septembre Empruntis confirme donc qu’elle se poursuit, mais de manière moins brutale : « Nous enregistrons de très légères baisses, comprises entre -0,05% et -0,10% selon les régions et les durées » et le courtier en ligne de conclure : « Après de très fortes baisses au mois de septembre, et au tout début du mois d’octobre, les barèmes se stabilisent en novembre ».

Alors que l’OAT à dix ans est à la baisse et bien qu’elle serve d’étalon pour les taux fixes des prêts immobilier, et malgré la concurrence acharnée entre les organismes bancaire, la stabilisation des taux de crédit promise par Empruntis devrait intervenir en cette fin d’année. Par ailleurs, la bonne santé retrouvée des établissements financiers laisse présager que les banques centrales comme la FED aux Etats-Unis, la Banque Centrale d’Angleterre ou encore la Banque Centrale Européenne pourraient, à l’image de l’Australie ou de la Norvège, revoir à la hausse leur taux directeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *