Prêt immobilier : la demande ne décolle pas

Alors que la saison immobilière bat son plein et que les banques rivalisent d’effort pour s’attirer les faveurs d’une nouvelle clientèle, les particuliers semblent rester sourds à leurs avances. Dans sa dernière publication, la Banque de France souligne en effet un sensible repli de la demande en matière de prêt immobilier. La demande de prêt …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : la demande ne décolle pas

Alors que la saison immobilière bat son plein et que les banques rivalisent d’effort pour s’attirer les faveurs d’une nouvelle clientèle, les particuliers semblent rester sourds à leurs avances. Dans sa dernière publication, la Banque de France souligne en effet un sensible repli de la demande en matière de prêt immobilier.

La demande de prêt immobilier fait défaut en 2014

En enregistrant une année 2013 particulièrement active sur le front des prêts immobiliers, les banques auraient-elles épuisé le vivier de nouveaux emprunteurs sur lequel elles pouvaient jusque là compter ? Si l’on en croit les chiffres communiqués par les établissements et relayés ce jeudi par la Banque de France, depuis le début de l’année 2014 aucune progression n’aurait été constatée en ce qui concerne la demande de crédit à l’habitat. Pourtant synonyme de premier temps fort pour l’immobilier, ce mois de mars n’a semble-t-il pas fait exception à la règle.

Dans sa dernière enquête sur la distribution du crédit, la Banque de France note ainsi que « le solde d’opinion relatif à la demande de crédits à l’habitat est négatif pour le troisième mois d’affilée« . Dans le détail, si pour le mois de mars 76% des établissements prêteurs ne relèvent quasiment aucune évolution en matière de demande, les 24% restant soulignent pour leur part une sensible dégradation de la situation (contre 23% en février et seulement 7% en janvier).

L’inertie des conditions d’emprunt

Face à des particuliers qui, en dépit de taux de prêt immobilier toujours nettement attractifs, tardent à retrouver le chemin du crédit, les banques ont tout intérêt à ne pas durcir leurs conditions d’octroi (ou en tout cas à ne pas le faire savoir). Interrogés sur la question, la totalité des établissements déclarent ainsi n’avoir soumis leurs critères à aucune évolution notable. Un statu quo des conditions de prêt immobilier qui dure désormais depuis le mois de novembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *