Prêt immobilier : le PTZ 2016 restera très limité

Elargir le champ d’action du prêt à taux zéro suffira-t-il à faire de ce dispositif l’un des piliers de la reprise immobilière ? Le président du réseau Capifrance en doute. PTZ étendu à la zone C : une bonne idée mais… Le 14 septembre dernier, François Hollande annonçait son intention de réformer le prêt à …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : le PTZ 2016 restera très limité

Elargir le champ d’action du prêt à taux zéro suffira-t-il à faire de ce dispositif l’un des piliers de la reprise immobilière ? Le président du réseau Capifrance en doute.

PTZ étendu à la zone C : une bonne idée mais…

Le 14 septembre dernier, François Hollande annonçait son intention de réformer le prêt à taux zéro destiné à financer l’acquisition d’un logement ancien. Afin d’accroître l’efficacité du dispositif, cette modification se traduira dès le début de l’année 2016 par son élargissement aux 30.000 communes de la zone C. Actuellement, un peu moins de 6000 localités sont éligibles au PTZ revitalisation rurale (nom donné au prêt lié à l’immobilier ancien). Pour Jacques Daboudet, président du réseau immobilier Capifrance, un prêt à taux zéro élargi à l’ensemble de la zone C est « plutôt une très bonne nouvelle pour la relance du marché immobilier ». Celui-ci explique en effet que « cette zone couvre 90 % du territoire et 40 % de la population. Sachant que l’accès au PTZ est défini en fonction des critères de revenus et de composition du ménage, on peut donc dire qu’en France entre 70 et 80 % de la population est potentiellement éligible au PTZ ».

Le PTZ dans l’ancien freiné par les travaux

Mais si le gouvernement semble être sur la bonne voie, il ne s’est pas donné les moyens de faire du PTZ un outil d’accession à la propriété véritablement efficace. C’est en tout cas ce qu’estime Jacques Daboudet. En effet, l’Executif a fait l’erreur de maintenir pour 2016 la condition de travaux à laquelle le PTZ dans l’ancien est aujourd’hui soumis. Or, de l’avis du professionnel, « devoir réaliser 25 % de travaux de rénovation sur les biens anciens achetés reste une véritable contrainte », qui ne pourra que limiter significativement l’impact du dispositif sur le marché.

Pas sûr donc que les ajustements opérés l’année prochaine permettent au gouvernement d’atteindre l’objectif qu’il s’était fixé au sujet du prêt à taux zéro. En juillet 2014, le ministère du Logement avouait son ambition de faire passer le nombre de PTZ distribués chaque année de 44.000 à 70.000. On est aujourd’hui bien loin du compte puisque, de janvier à août 2015, seuls 31.620 PTZ ont été souscrits (dont seulement 2,5% dans le cadre d’un achat immobilier ancien).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *