Prêt immobilier : menace sur les taux

En voulant accroître la solidité financière des établissements, la Banque de France s’apprête-t-elle à porter un coup dur aux taux de crédit immobilier ? Si l’on en croit les différents courtiers, en évoquant un possible recours à la titrisation, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, fait de nouveau planer l’ombre d’une remontée des …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : menace sur les taux

En voulant accroître la solidité financière des établissements, la Banque de France s’apprête-t-elle à porter un coup dur aux taux de crédit immobilier ? Si l’on en croit les différents courtiers, en évoquant un possible recours à la titrisation, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, fait de nouveau planer l’ombre d’une remontée des taux.

Vers une « titrisation » des crédits immobiliers

Entrées en application cette année, les règles dites de Bâle 3 imposent aux banques de renforcer leurs fonds propres. Dans cette optique de solidification financière, les emprunts immobiliers représentent une douloureuse épine dans le pied des établissements prêteurs. En apparaissant dans leurs bilans, ces prêts constituent en effet un obstacle aux exigences de Bâle 3. Conscient de ce problème, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, déclarait la semaine dernière qu’ « il apparaît indispensable que nous nous donnions les moyens de développer une titrisation déconsolidante des crédits immobiliers résidentiels« . En pratique, cela consiste à transformer les futurs revenus que sont les remboursements de crédit en titres de créance pouvant être vendus (représentant donc un gain financier supplémentaire au lieu de peser négativement sur les bilans).

L’impact sur les taux de prêt

Si le particulier lambda ne verra ici qu’un obscur montage financier comme il en existe tant, cette possible titrisation des prêts immobiliers incite toutefois les courtiers à tirer la sonnette d’alarme. Pour Joël Boumendil, fondateur et PDG du groupe ACE, il faut en effet « craindre le projet des banques de titriser prochainement les crédits immobiliers, ce qui risquerait de faire augmenter les taux de manière significative dans les prochains mois« .

Même son de cloche du côté de Cafpi qui voit poindre à l’horizon le spectre d’une hausse des taux. « Une titrisation, même très partielle – il est question de 20 % à 25 % des crédits accordés – aurait des conséquences sur les taux« , estime ainsi son directeur général adjoint, Philippe Taboret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *