Prêt immobilier : nettes disparités entre emprunteurs

Chaque mois, les publications se multiplient pour dresser le portrait de ces français qui alimentent le marché du prêt immobilier. Le courtier ACE se joint aujourd’hui à la fête en passant en revue le profil des emprunteurs d’Ile-de-France. L’Ile-de-France et plus particulièrement Paris bénéficiant d’un statut d’exception en matière d’immobilier, il n’y a dès lors …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : nettes disparités entre emprunteurs

Chaque mois, les publications se multiplient pour dresser le portrait de ces français qui alimentent le marché du prêt immobilier. Le courtier ACE se joint aujourd’hui à la fête en passant en revue le profil des emprunteurs d’Ile-de-France.

L’Ile-de-France et plus particulièrement Paris bénéficiant d’un statut d’exception en matière d’immobilier, il n’y a dès lors aucune raison pour qu’il n’en aille pas de même des candidats au crédit. A ce jeu là, ACE nous peint donc un portrait de l’emprunteur francilien certes moins éloigné de son homologue de province qu’on aurait pu le croire mais présentant toutefois quelques disparités d’importance.

Prêt immobilier : les points communs entre province et Ile-de-France

Concernant les éléments globalement similaires, ACE note qu’en ce début d’année 2014, une bonne partie des emprunteurs est âgée de 30 à 39 ans (c’est le cas de 44% des emprunteurs en province et de plus de la moitié en Ile-de-France). Quelle que soit la zone géographique observée, la majorité d’entre eux est également en couple (72% en Ile-de-France, 74% ailleurs).

Ile-de-France : des emprunteurs pas comme les autres

Traduisant peut être un rythme de vie quelque peu différent, les emprunteurs franciliens sont en revanche 59% à ne pas avoir d’enfant. Une proportion bien moins élevée en région où les ménages sans enfant ne représentent que 49% des demandes de prêt. Si les prix de l’immobilier sont nettement plus élevés dans la capitale et, plus généralement en Ile-de-France, il en va de même du niveau de ressource de ses emprunteurs. Plus de la moitié d’entre eux (56%) affichent ainsi un niveau de ressource annuel compris entre 25 et 49.000 euros nets. A titre de comparaison, 54% des souscripteurs d’un crédit immobilier résidant en province gagnent moins de 25.000 euros nets par an.

Enfin, sans doute le point de différenciation le plus explicite (déjà évoqué ici), les prêts immobiliers contractés en Ile-de-France se révèlent être quasiment deux fois plus importants que ceux souscrits en province (+47% en terme de montant). Dans le détail, un francilien s’engagera pour un montant moyen de 277.500 euros alors qu’en régions, un emprunteur n’aura à rembourser qu’un crédit de 147.000 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *