Primo-accédants : ces villes qui vous aident à acheter votre résidence principale

Depuis plusieurs mois déjà, les grandes agglomérations françaises voient le prix de l’immobilier s’envoler dans certains quartiers notamment. Pour les acquéreurs et en particulier les ménages modestes et les jeunes acheteurs, ce contexte rend difficile l’achat d’une résidence principale. Mais que les porteurs de projet se rassurent, des villes, collectivités et communautés de communes, proposent des aides pour booster la capacité de financement des ménages. Explications.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Primo-accédants : ces villes qui vous aident à acheter votre résidence principale

Des crédits immobiliers inférieurs à 2 % pour les primo-accédants et les ménages modestes

À fin avril 2019, les meilleurs profils d’emprunteurs peuvent financer leur projet immobilier grâce à des taux moyens à 0,20 % sur 7 ans, 0,80 % sur 15 ans et 1,25 % sur 25 ans. Des conditions de financement excellentes qui persistent et permettent de contrer l’augmentation des prix de l’immobilier dans les grandes villes françaises.

Pour les primo-accédants, les taux proposés sont généralement supérieurs, mais les conditions restent très bonnes. Les jeunes acquéreurs peuvent ainsi emprunter sur de longues durées tout en bénéficiant d’un crédit inférieur à 2 %. Cet avantage vient s’ajouter aux aides proposées par certaines collectivités territoriales qui n’hésitent pas à mettre la main à la poche pour encourager l’accession à la propriété.

Dans de nombreuses agglomérations, il est ainsi possible de bénéficier d’un prêt à taux zéro ou de subventions qui permettent de boucler un plan de financement un peu juste. Attention toutefois, ces aides sont généralement réservées aux primo-accédants, ces acquéreurs n’ayant pas été propriétaires de leur résidence principale durant les deux dernières années, et en complément d’un prêt classique.

À Bordeaux et Toulouse, des aides en complément d’un PTZ de l’Etat

Dans la capitale girondine, la flambée des prix du foncier a contraint les acquéreurs à allonger la durée de leur prêt ou à s’éloigner un peu du centre historique pour devenir propriétaire. Il faut dire que Bordeaux a été la ville des records immobiliers en 2018.

-25m²
En 10 ans, un acheteur immobilier Bordelais empruntant 250 000 €, a perdu 25 m² de pouvoir d’achat immobilier

Pour contrer cette flambée des prix et encourager les ménages à investir dans l’immobilier, Bordeaux Métropole propose aux primo-accédants respectant les plafonds de ressource, un prêt à taux zéro (PTZ) dont le montant varie selon la composition du foyer : de 10 000 € pour une personne célibataire à 20 000 € pour les familles de quatre personnes ou plus. Attention toutefois, ce prêt complète le PTZ national, pour un achat dans le neuf uniquement.

À Toulouse en revanche, le Pass accession toulousain concerne également les acquisitions dans l’ancien de plus de cinq ans avec une aide de 6 000 €. Pour l’achat dans le neuf, l’aide grimpe à 10 000 €.

À Paris, un prêt remboursable sur 15 ans

Pour aider les primo-accédants qui souhaitent devenir propriétaires à Paris, la ville propose le PPL 0 % (Prêt Paris logement) pour l’achat dans le neuf ou dans l’ancien, avec ou sans travaux de rénovation. À condition de respecter un cahier des charges précis, les demandeurs célibataires peuvent obtenir une aide de 24 200 € et les couples ou les familles, de 39 600 €.

D’une manière générale, partout en France, il existe de nombreuses aides souvent méconnues des futurs acheteurs. Il est donc conseillé de prendre contact avec l’ADIL (Agence départementale d’information sur le logement) qui centralise les subventions et dispositifs nationaux. À Marseille par exemple, le Nouveau Chèque Premier Logement (NCPL) permet de cumuler un prêt à taux zéro et une aide financière de la ville. Ailleurs, à Calais ou Agen, il s’agit d’un prêt non soumis à intérêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *