Taux des crédits immobiliers : des niveaux historiques au moins jusqu’en juin

Il semble que la crise du Covid-19 n’altère en rien les conditions de financements des projets immobiliers. Bien au contraire. Après une phase de stabilisation début 2021, les taux des crédits immobiliers baissent de nouveau et se rapprochent de leurs plus bas niveaux historiques. Selon meilleurtaux.com, la situation devrait perdurer au moins jusqu’au mois de juin.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Taux des crédits immobiliers : des niveaux historiques au moins jusqu’en juin

Les taux des crédits immobiliers de nouveau en baisse en février

Malgré l’épidémie de coronavirus et les incertitudes économiques, les taux des crédits immobiliers sont toujours très favorables aux emprunteurs. En décembre 2020, ils s’affichaient à 1,16 % en moyenne, une tendance qui s’est poursuivie le mois suivant avant de baisser de nouveau en février. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, il est désormais possible d’emprunter au taux moyen de 1,14 % dans le cadre d’un projet immobilier. Un chiffre proche des plus bas niveaux historiques observés en fin d’année 2019 et début d’année 2020.

1,27 %

En février 2021, les taux des crédits immobiliers sont très bas avec 0,90 % en moyenne sur 15 ans, 1,03 % sur 20 ans et 1,27 % sur 25 ans.

Et bonne nouvelle supplémentaire, tous les emprunteurs, même les moins aisés, bénéficient de cette baisse. L’apport personnel attendu peut, dans ce cas, être un peu plus important, mais là aussi, cette obligation concerne tous les ménages. Pour preuve, sur la période janvier-février 2020, il s’élevait à + 10,2 % contre + 14,2 % en janvier-février 2021.

Des taux bas jusqu’à l’été prochain ?

Crise sanitaire et économique oblige, le nombre de prêts immobiliers accordés en 2020 a chuté de 18,1 % par rapport à 2019. En contrepartie, on observe une baisse conséquente du coût des opérations. Sur la période janvier-février 2020, le coût des opérations financées était en hausse de + 4,6 % contre + 1,5 % un an plus tard.

À noter également que si les taux sont à la baisse, la durée des prêts s’allonge quant à elle de nouveau : 232 mois en février (19 ans et 3 mois environ) contre 227 mois (18 ans et 1 mois environ) en janvier. Une tendance qui ne devrait pas évoluer à la baisse avec les nouvelles recommandations du HCSF qui préconise désormais des crédits jusqu’à 25 ans avec deux ans de différé, au profit des primo-accédants notamment. Preuve que les crédits immobiliers sont de plus en plus longs, près de 30 % d’entre eux étaient inférieurs à 15 ans dans les années 2010, ils ne sont plus que 16,5 %.

Comme le rappelle le courtier meilleurtaux.com, la politique de la BCE (Banque Centrale Européenne) est toujours très favorable. Afin de contribuer à la relance économique, les banques européennes sont encouragées à prêter aux particuliers ainsi qu’aux entreprises. La situation ne devrait donc pas se dégrader avant le début de l’été, lorsque certaines banques auront commencé à approcher leurs objectifs commerciaux annuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *