Taxe d’habitation : le couac après l’annonce d’un nouvel impôt

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a dû rectifier le tir et expliquer qu’il n’y aurait pas la création d’un nouvel impôt pour compenser l’abandon de la taxe d’habitation.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Taxe d’habitation : le couac après l’annonce d’un nouvel impôt

C’est une polémique dont le Gouvernement se serait bien passé. Et vendredi 12 janvier, Bruno Le Maire n’a pas tardé à réagir afin d’éteindre ce début d’incendie. Sur BFMTW, le ministre de l’Economie a certifié que la taxe d’habitation, prévue d’être supprimée définitivement d’ici à 2020 pour 80% des ménages français, ne serait pas remplacée par un autre impôt.

On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre, c’est un principe fondamental. On ne prend pas dans la poche des Français ce qu’on vient de leur donner de l’autre main. (Bruno Le Maire)

Bruno Le Maire en a profité pour souligner qu’il « n’y aura pas de nouvel impôt durant le quinquennat , ni d’augmentation de la TVA ou des taxes locales ».

La taxe d’habitation remplacée par un « impôt plus juste » ?

taxe-habitation-assemblée-nationale La suppression de la taxe d’habitation constituait l’une des mesures phares du programme du Président de la République Emmanuel Macron. Elle a été votée par l’Assemblée nationale le 21 octobre dernier malgré de vives critiques, à droite comme à gauche. La réforme s’effectuera progressivement, à savoir une première baisse de 30% en 2018, puis de 65% en 2019 et 100% en 2020 pour les ménages concernés (Emmanuel Macron a par ailleurs émis le souhait de l’abandonner pour 100% des Français dans le même délai).

Cette suppression de la taxe d’habitation a suscité aussi des interrogations au sein de la population française. Celle-ci craignait de voir cet avantage être récupéré par un moyen détourné par le Gouvernement. Un sentiment qui s’est renforcé jeudi 11 janvier. En effet, lors de l’émission Questions d’info LCP-Franceinfo-Le Monde-AFP, Jacqueline Gourault a annoncé que la taxe d’habitation allait être remplacée par un « impôt plus juste ».

Il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire, c’est-à-dire les citoyens (Jacqueline Gourault)

La ministre auprès du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a précisé qu’il « y aura bien évidemment besoin de ressources pour les collectivités locales. […] Il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire, c’est-à-dire les citoyens. […] Je n’ai pas de date à donner mais ça doit s’emboîter avec la fin de la taxe d’habitation. On commence les discussions dès maintenant ». Rejoignant ainsi les maires de France qui avaient dénoncé dès le vote de la cession de la taxe d’habitation un futur manque de moyens.

Retropédalage spectaculaire

Taxe-habitation-bruno-le-maireQuelques heures après son intervention polémique, Jacqueline Gourault a effectué un rétropédalage spectaculaire. Sur Twitter, elle a mentionné que « la taxe d’habitation était définitivement abolie et ne sera pas remplacée par un autre impôt ». Mais que « la fiscalité locale sera entièrement repensée ».

« Jacqueline Gourault a sûrement été mal comprise », a appuyé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Il en a profité pour préciser que l’abandon de la taxe d’habitation devrait coûter « un peu plus de 20 milliards d’euros » et qu’il en restait environ « 8,5 milliards à financer ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *