Et si les propriétaires payaient un loyer après leur emprunt ?

Et si les propriétaires s’acquittaient eux-aussi d’un loyer ? L’idée peut paraître saugrenue, voire indécente, mais semble toutefois faire l’objet d’une sérieuse réflexion de la part de l’Elysée. Vous êtes propriétaire de votre logement et attendez avec impatience l’échéance de votre prêt immobilier sur 25 ans pour enfin jouir pleinement de votre bien ? Vos …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Et si les propriétaires payaient un loyer après leur emprunt ?

Et si les propriétaires s’acquittaient eux-aussi d’un loyer ? L’idée peut paraître saugrenue, voire indécente, mais semble toutefois faire l’objet d’une sérieuse réflexion de la part de l’Elysée.

Vous êtes propriétaire de votre logement et attendez avec impatience l’échéance de votre prêt immobilier sur 25 ans pour enfin jouir pleinement de votre bien ? Vos espérance pourraient bientôt être déçues par une proposition de loi ayant germée au sein du collectif « Cartes sur table ». A l’occasion des 100 jours de la présidence de François Hollande, le nouveau laboratoire d’idées (ou think tank) du parti socialiste, composé de jeunes âgés de 25 à 35 ans, a en effet proposé au chef de l’Etat une bonne centaine de mesures qu’il conviendrait de mettre en oeuvre. Parmi celles-ci, il en est une qui ne manquera pas de faire bondir les propriétaires.

Cartes sur table estime ainsi qu’il serait bon de soumettre à l’impôt sur le revenu les « revenus fictifs » dont profitent les particuliers en étant propriétaire de leur résidence principale. Est ici considéré comme « revenu fictif » le loyer que ces derniers ne payent pas. En d’autres termes, une fois son prêt immobilier entièrement remboursé, un propriétaire aurait alors à s’acquitter d’une nouvelle taxe.

Si le projet n’en est pour l’heure qu’au stade de la rumeur, il se murmure toutefois que l’initiative intéresserait au plus haut point l’Elysée. Preuve de l’intérêt que lui porte le gouvernement, les éventuels bénéfices d’un tel dispositif semble d’ores et déjà avoir été calculés avec précision : 5,5 milliards d’euros tomberaient ainsi chaque année dans les caisses de l’Etat.

Selon Agathe Cagé, cofondatrice du laboratoire d’idées, « si toutes ces mesures étaient mises en place, l’Etat serait largement bénéficiaire au final. Cela montre qu’il existe bien des marges de man½uvre sans que cela se traduise par une ponction supplémentaire sur l’économie ». Pas sûr que les propriétaires partagent la même vision des choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *