La perte du Triple A n’inquiète pas Empruntis

Si la perte du Triple A français, intervenue cette nuit, suscite bon nombre d’interrogations, la directrice de la communication du courtier en ligne Empruntis se veut des plus rassurantes en ce qui concerne un éventuel impact sur les taux de crédit. En abaissant la note de la France de AAA à AA1, l’agence de notation …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. La perte du Triple A n’inquiète pas Empruntis

Si la perte du Triple A français, intervenue cette nuit, suscite bon nombre d’interrogations, la directrice de la communication du courtier en ligne Empruntis se veut des plus rassurantes en ce qui concerne un éventuel impact sur les taux de crédit.

En abaissant la note de la France de AAA à AA1, l’agence de notation Moody’s a fait planer le doute sur l’évolution attendue des taux de prêt immobilier. Si certains se préparent d’ores et déjà à une hausse imminente des taux d’emprunt, Maël Bernier estime quant à elle que « la décision de Moody’s ne devrait rien changer, d’autant que la France reste un des pays de la zone Euro qui présentent le moins de risque pour les investisseurs ».

Indicateur de la confiance que peuvent lui porter les marchés, la note d’un état permet de définir à quel taux ce dernier peut emprunter. En perdant son triple A, la France perd ainsi une partie de la confiance des marchés et pourrait désormais se voir contrainte d’emprunter auprès d’eux à des taux bien plus élevés. Dans une telle situation, les banques seraient elles-aussi affectées par cette perte de confiance et confrontées à une hausse de leur taux de refinancement. Ces dernières seraient alors contraintes de réviser à la hausse les taux fixes qu’elles pratiquent. Un scénario auquel ne semble pas croire la porte-parole d’Empruntis. « Il s’agit plus d’un signal d’alerte pour le gouvernement, sur sa politique économique, mais cela ne devrait pas avoir d’impact sur les taux d’emprunt pour les particuliers », souligne-t-elle.

Si standard and Poor’s en janvier puis Moody’s ce lundi ont déjà abaissé la note française, pour Maël Bernier tout repose désormais sur les décisions que Fitch, la troisième grande agence de notation, pourrait prendre. Selon elle, seule « une nouvelle dégradation de la dernière agence pourrait cette fois avoir un impact à la hausse sur les taux de crédit ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *