Cafpi met en garde contre une hausse des taux en 2014

Prendre le contre pied du consensus général, voilà comment Cafpi espère se démarquer face à la concurrence. A l’heure où les publications dressent les scénarios envisageables pour cette année 2014, le courtier nage à contre courant en évoquant, non pas une baisse des taux de prêt immobilier mais leur probable remontée. Si le courtier In&Fi …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Cafpi met en garde contre une hausse des taux en 2014

Prendre le contre pied du consensus général, voilà comment Cafpi espère se démarquer face à la concurrence. A l’heure où les publications dressent les scénarios envisageables pour cette année 2014, le courtier nage à contre courant en évoquant, non pas une baisse des taux de prêt immobilier mais leur probable remontée.

Si le courtier In&Fi ne voie aucune raison pour que les taux bas ne se maintiennent pas en cette année 2014, Cafpi fait preuve d’un optimisme moins marqué en mettant les emprunteurs en garde contre une éventuelle hausse des taux de crédit. « Le changement de politique monétaire aux Etats-Unis aura des répercussions sur les taux d’intérêt en Europe« , prévient le courtier. Or, « les marchés financiers anticipent déjà ce scénario« . Concrètement, une telle anticipation pourrait à terme se traduire par une progression non négligeable des OAT (taux financiers servant de référents aux taux fixes pratiqués par les banques). « Mécaniquement, le crédit immobilier en subira le contrecoup et verra ses taux augmenter, eux aussi« , estime Philippe Taboret, le directeur général adjoint de Cafpi.

Le discours tenu par le courtier n’a toutefois rien d’alarmiste et doit surtout être perçu comme un appel à la vigilance. En effet, si une remontée des taux n’est pas à exclure, ceux-ci continuent pour l’heure de s’établir à des niveaux particulièrement attractifs. Cafpi fait ainsi état d’une nouvelle baisse observée en ce début du mois de janvier, portant les meilleurs taux à 2,55 % sur 15 ans et 2,82 % sur 20 ans. Néanmoins, Philippe Taboret exhorte le gouvernement à « engager d’urgence des mesures de relance de l’activité immobilière afin de prévenir des conséquences qu’aurait un renchérissement du coût du crédit« . Le courtier attend donc que soit mis en place des dispositifs d’aide à la primo-accession et à l’investissement locatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *