Crédit hypothécaire : une solution pour dégager des liquidités pendant la crise

L’épidémie de coronavirus fragilise de nombreux ménages, sur le plan sanitaire sans aucun doute, mais également sur le plan économique. Peu répandu en France, le crédit hypothécaire permet pourtant de répondre à un besoin temporaire de liquidités. Qu’il s’agisse de financer un nouveau projet, de régler des droits de succession ou tout simplement de se constituer rapidement une trésorerie, les demandes de crédits hypothécaires ont bondi cette année.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit hypothécaire : une solution pour dégager des liquidités pendant la crise

Qu’est-ce qu’un crédit hypothécaire ?

Connu dans le cadre d’un financement pour l’acquisition d’un bien immobilier, le crédit hypothécaire l’est un peu moins lorsqu’il s’agit d’obtenir des liquidités. Concrètement, le crédit est garanti par le bien immobilier lui-même, ce qui permet au créancier de se prémunir contre un éventuel défaut de remboursement de l’emprunteur. Ce type de financement s’adresse donc en priorité à des ménages déjà propriétaires d’un bien immobilier. Mais il peut également être demandé par des professionnels, dans ce cas, ce sont les actifs commerciaux qui sont mis en gage.

Dans le cadre du crédit hypothécaire à la consommation, la demande peut être motivée par un besoin ponctuel de liquidités dans le but de financer un autre projet immobilier, mais aussi une création d’entreprise, des travaux de rénovation, un projet personnel, les frais d’études d’un enfant ou encore des droits de succession. Depuis la pandémie de Covid-19, les demandes de crédit hypothécaire ont bondi, certaines sociétés de courtage enregistrant une hausse de l’ordre de 20 % cet été par rapport au début de l’année 2020, d’autres évoquant une augmentation de 31 % au troisième trimestre 2020 par rapport à la même période en 2019. Et nouveauté : la part d’emprunteurs ayant un besoin rapide de liquidités est elle aussi en forte hausse avec l’épidémie de coronavirus.

Pour réduire le montant de ses mensualités de crédit, il est également possible de recourir au regroupement de crédits. Dans ce cas, la banque rachète l’ensemble des prêts en cours (consommation, immobilier) et propose un nouveau prêt plus long, mais aux mensualités allégées.

Crédit hypothécaire : de nombreux frais à prendre en compte

Pour contracter un crédit hypothécaire, il n’est pas nécessaire d’avoir soldé son prêt immobilier en cours. En effet, c’est le crédit hypothécaire accordé par la banque qui rembourse le crédit immobilier, le surplus étant versé à l’emprunteur qui a besoin de liquidités.

Un expert va estimer la valeur du logement.

Attention toutefois, pour définir le montant accordé au titre d’un crédit hypothécaire, la banque mandate un expert chargé d’estimer la valeur du logement mis en gage. Selon les banques, mais aussi en fonction de la zone géographique où se situe le bien (zone tendue ou non, fort attrait touristique etc…), la somme prêtée est en moyenne de 30 à 70 % de la valeur du bien.

Les taux des crédits hypothécaires varient quant à eux en fonction du projet visé. Un crédit affecté, c’est-à-dire adossé à un projet précis, aura de fortes chances d’être associé à des taux d’intérêt au plus près des taux actuels du marché. À noter que le crédit hypothécaire de trésorerie est plus onéreux qu’un crédit classique. Aux frais de dossier, de courtage et d’hypothèque, s’ajoutent les frais de main levée hypothécaire, inévitables en cas de revente du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *