Crédit immobilier : décrocher un taux inférieur à 1,6 %, c’est encore possible !

Malgré une légère remontée des taux des crédits immobiliers constatée en mars et avril, les ménages continuent d’emprunter à des conditions jugées très favorables. Les particuliers les plus aisés, mais également les ménages plus modestes et les primo-accédants, bénéficient de ces financements attractifs sur l’ensemble des durées. Reste qu’avec l’épidémie de Covid-19 et le confinement, les banques tendent à durcir leurs conditions d’octroi.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : décrocher un taux inférieur à 1,6 %, c’est encore possible !

Les taux des crédits immobiliers à la hausse, mais toujours très attractifs

Difficile de faire mieux que le taux moyen constaté en novembre 2019 : 1,12 %, record à battre. Pourtant, malgré les prédictions, les taux sont légèrement à la hausse depuis le début de l’année, mais dans des proportions très raisonnables. Ainsi, la majorité des ménages français parviennent toujours à financer un projet immobilier au meilleur prix.

1,17 %
en moyenne en avril, toutes durées et tous profils confondus, soit une hausse de 5 à 6 points de base depuis fin 2019, selon que l’on parle d’immobilier neuf ou ancien. Les taux des crédits immobiliers sont toujours avantageux en 2020.

En décembre dernier, les emprunteurs les mieux lotis pouvaient emprunter à 0,63% sur 15 ans, 0,83 % sur 20 ans et 1,05 % sur 25 ans. En avril 2020, les taux sont désormais respectivement de 0,72 %, 0,90 % et 1,10 %. Malgré la hausse, la moyenne, tout profil confondu, reste inférieure à 1 % sur 15 ans. Quant aux emprunteurs qui optent pour un crédit sur 20 ans, ils peuvent tous ou presque bénéficier d’un taux à 1,5 %.

Avant une nouvelle hausse, l’heure est aux demandes de financement

Avant une nouvelle hausse, l’heure est aux demandes de financementSi le contexte demeure donc très favorable pour les particuliers qui souhaitent accéder à la propriété immobilière, de nouvelles hausses sont toutefois envisagées dans les mois à venir. Il faut dire qu’en tout début d’année déjà, les banques ont été contraintes d’adopter les recommandations faites par le HCSF (Haut conseil de stabilité financière) fin 2019. Celles-ci imposent de respecter strictement la limite du taux d’endettement de 33 % des emprunteurs et de ne pas accorder de crédits immobiliers sur des durées supérieures à 25 ans.

Mi-mars, les mesures de confinement adoptées pour endiguer l’épidémie de Coronavirus ont, quant à elles, incité les banques à durcir les conditions d’octroi des crédits et à augmenter légèrement leurs taux pour préserver leurs marges. Elles ont également dû intégrer une nouvelle prime de risque liée aux incertitudes économiques.

Pour l’heure, la BCE (Banque Centrale Européenne) confirme son engagement auprès des banques et les OAT 10 ans sont toujours en territoire négatif, ce qui confirme le dynamisme de la production de crédits immobiliers et leur niveau bas. Mais les spécialistes recommandent aux ménages ayant un projet immobilier et qui ont été obligé de le reporter durant le confinement, d’entreprendre une demande de financement dès à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *