Crédit immobilier : les salaires des emprunteurs de plus en plus bas

Aujourd’hui, davantage de Français peuvent emprunter auprès des banques pour réaliser un projet immobilier. Le revenu moyen qui sert de base à l’obtention d’un prêt immobilier a en effet chuté en 2018. Une première depuis l’année 2013. Un nombre croissant de ménages a ainsi pu bénéficier de taux bas et de conditions d’emprunt assouplies pour accéder à la propriété l’année dernière.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : les salaires des emprunteurs de plus en plus bas

Davantage de foyers modestes sont devenus propriétaires en 2018

salaire-emprunteur-basPour la première fois depuis 2013, le revenu moyen des ménages qui empruntent pour accéder à la propriété est passé sous la barre symbolique des 5 000 €, à 4 373 € exactement en 2018. Un chiffre en baisse depuis 5 ans et notamment depuis l’année 2016 avec une diminution de l’ordre de 20 %.

À noter toutefois que la baisse de ces revenus ne signifie pas que les Français gagnent moins, mais bien que les banques sont moins exigeantes et accordent désormais des prêts immobiliers à des ménages moins aisés.

Pouvoir d’achat immobilier : l’exception parisienne

Alors que la tendance à la baisse touche l’ensemble du territoire, le revenu moyen des foyers emprunteurs a augmenté à Paris en 2018, à 8 259 euros. Si ce chiffre est en baisse par rapport à l’année 2016 qui culminait à 8 787 €, il a augmenté par rapport à 2017 avec ses 8 162 €.

Les revenus des emprunteurs parisiens semblent donc proportionnels au prix de l’immobilier local et sont dans tous les cas bien plus élevés qu’ailleurs en France. En effet, dans les grandes agglomérations françaises, les foyers emprunteurs avaient un revenu compris entre 4 700 € (données de Montpellier) et 5 800 € (données de Lyon) en 2018.

Des acheteurs immobiliers de plus en plus jeunes

En 2018, les ménages les plus modestes ont pu accéder à la propriété, tout comme les plus jeunes. L’an dernier était, en effet, propice à l’acquisition des primo-accédants. De 37 ans en moyenne en 2016, l’âge moyen de l’emprunteur est ainsi passé à 36,9 ans en 2017 puis 36 ans en 2018.

43 %
En 2018, 43 % des emprunteurs avaient moins de 35 ans et 23 %, moins de 30 ans. Une tendance qui a également modifié la durée moyenne des prêts qui est logiquement passée de 234 mois en 2017 à 240 mois en 2018

Alors qu’il ne semble plus indispensable à l’obtention d’un prêt immobilier, l’apport personnel représente encore une part importante du financement des projets, à 18 028 € en 2018. Un chiffre malgré tout inférieur à 20 000 € comme le veut la tendance depuis 2 ans. Il y a quelques années encore, les particuliers consacraient plus de 50 000 € d’épargne et d’apport divers pour financer leurs achats immobiliers. 55 000 € en 2015, et même 70 000 € en 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *