Immobilier neuf : des prix à l’arrêt, une demande en baisse

En 2018, l’immobilier neuf et notamment le secteur des logements individuels ont marqué un coup d’arrêt. Les prix, le volume des ventes, mais également le nombre de mises en chantier ont stagné voire même baissé. Si la tendance semble se poursuivre en ce début d’année, elle demeure toutefois favorable aux acquisitions.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Immobilier neuf : des prix à l’arrêt, une demande en baisse

Arrêt de l’évolution des prix des maisons neuves

immobilier-chute-prixLes prix de vente définitifs des biens neufs, enregistrés en 2018 n’ont progressé que de 2,2 % contre 3,2 % entre 2016 et 2017. Une progression certes, mais fortement ralentie et qui témoigne d’une tendance à la baisse pour ce secteur déjà malmené. Après deux années de hausse, c’est donc bien la stagnation qui est de mise.

Si les maisons semblent les plus impactées par cette tendance, les appartements neufs subissent également ce coup de frein sur les prix. En 2018, leurs prix ont augmenté 0,5 % moins vite que l’année précédente, un ralentissement qui devrait se poursuivre en 2019.

C’est en particulier sur les 3 derniers mois que l’évolution des prix semble marquer l’arrêt. Ainsi, au 1er janvier 2019, il faut débourser 2 509 €/m² pour une maison neuve, en hausse de 0,4 % par rapport au trimestre précédent. Idem pour les appartements qui n’évoluent que de 1,2 % à 4 760 €/m².

Moins de permis de construire accordés en 2018

C’est la demande qui fixe les prix, une règle qui ne se dément pas en matière de construction. D’ailleurs, dans le domaine de l’immobilier en général, neuf et ancien confondu, la baisse du niveau des aides publiques et la hausse des prix notamment survenue en 2017 ont fortement affecté le volume des transactions. Une situation que la baisse des taux et l’assouplissement des conditions d’emprunt n’auront pas suffi à résorber.

-13 %
-13 %, c’est la baisse du nombre de ventes enregistrées par le secteur de la construction de maisons neuves en 12 mois. En parallèle, le prix des maisons a augmenté de +2,3 % en 2018, soit 2,5 fois moins vite que durant l’année 2017.

En plus du volume des transactions et de l’évolution des prix, freinés par la conjoncture, c’est également le nombre de mises en chantier qui a chuté. Le ministère de la Cohésion des Territoires fait ainsi état d’une baisse de 7,1 % du nombre de permis de construire accordés en 2018 à 460 500 unités pour moins de 400 000 mises en chantier. Rien que sur le dernier trimestre 2018, la différence est même de – 8,4 % sur les permis de construire et – 18,3 % sur les mises en chantier par rapport à la même période en 2017.

Malgré cette tendance, ce premier trimestre 2019 semble plutôt propice à l’acquisition, y compris dans l’immobilier neuf, avec des taux d’intérêt bas, stables depuis près de 6 mois. Le dispositif Pinel peut par exemple être un bon moyen d’investir dans l’immobilier locatif neuf dans les zones A, Abis et B1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *