La baisse des taux persiste et signe

Après avoir mis à mal l’hypothèse d’une remontée imminente des taux de prêt immobilier en constatant de nouvelles baisses à la mi-mars (voir notre article sur le sujet), le courtier en ligne Empruntis persiste et signe en livrant son analyse pour la seconde moitié du mois écoulé. Que les candidats à l’emprunt se le disent, …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. La baisse des taux persiste et signe

Après avoir mis à mal l’hypothèse d’une remontée imminente des taux de prêt immobilier en constatant de nouvelles baisses à la mi-mars (voir notre article sur le sujet), le courtier en ligne Empruntis persiste et signe en livrant son analyse pour la seconde moitié du mois écoulé.

Que les candidats à l’emprunt se le disent, la hausse tant redoutée des taux de crédit immobilier n’a semble-t-il pas eu lieu en mars et devrait également épargner ce mois d’avril. Plus qu’une stabilité préservée, Empruntis souligne dans une note de conjoncture publiée en début de semaine la persistance du mouvement baissier observé les mois précédents. Selon le courtier, un prêt immobilier contracté sur 15 ans se négocie aujourd’hui au taux moyen de 3,05% enregistrant ainsi un repli de 0,05% par rapport aux barèmes appliqués début mars. Même constat du côté des taux sur 20 ans qui présentent une évolution similaire en s’établissant désormais à 3,40%. Si une certaine stabilité s’observe pour les emprunts sur 25 ans (à 3,90%), ceux souscrits sur 30 ans surprennent en s’affichant également à la baisse (à 4,35%).

Si les chiffres relevés ici ont de quoi satisfaire les emprunteurs potentiels, Maël Bernier, porte-parole du courtier, précise toutefois qu’ « il s’agit là de taux affichés ». Selon elle la réalité du terrain s’avère globalement plus avantageuse puisqu’ « il est facile d’obtenir des décotes, avec des taux de 3 % sur 15 ans et de l’ordre de 3,15/3,20 % sur 20 ans ».

Sur le front des perspectives à courts termes, Maël Bernier souligne que « les banques françaises continuent de bénéficier de conditions d’emprunt particulièrement attractives et par conséquent les particuliers en profitent ». Aucun « changements majeurs » ne serait donc pas à attendre pour avril, un mois traditionnellement riche en matière d’immobilier et durant lequel les banques redoublent d’efforts pour se démarquer de la concurrence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *