La production de crédits bat des records

Les candidats à l’emprunt entendent bien profiter des taux bas tant qu’ils le peuvent. La Banque de France note en effet que la production de prêts immobiliers vient d’atteindre son plus haut niveau depuis 12 ans. La production de prêts immobiliers au plus haut depuis 2003 Dans un contexte de remontée des taux, l’appétence des …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. La production de crédits bat des records

Les candidats à l’emprunt entendent bien profiter des taux bas tant qu’ils le peuvent. La Banque de France note en effet que la production de prêts immobiliers vient d’atteindre son plus haut niveau depuis 12 ans.

La production de prêts immobiliers au plus haut depuis 2003

Dans un contexte de remontée des taux, l’appétence des particuliers pour le crédit immobilier ne se dément pas, bien au contraire. Alors que le scénario d’une hausse marquée des taux de crédit faisait consensus au début de l’été, les candidats à l’emprunt se sont logiquement rués aux guichets afin de profiter de ce qu’ils pensaient être les derniers instants des taux bas. Si la tendance semble aujourd’hui être à un essoufflement de la remontée des taux, cet afflux massif de nouveaux emprunteurs aura néanmoins permis à la production de crédits de battre des records. Dans sa dernière publication, la Banque de France constate ainsi que 21,2 milliards d’euros de prêts à l’habitat ont été distribués sur le seul mois de juillet 2015. Un montant en très nette hausse (+5,8%) par rapport à un mois de mai où la remontée des taux n’était pas encore d’actualité. Après avoir affiché une progression annuelle de +3,1% en mai et 3,3% en juin, les encours de crédit continuent donc sur leur lancée (+3,5% en juillet) pour s’établir à 852 milliards d’euros.

Les emprunteurs se sont rués sur le rachat de crédit

Pour la Banque de France, un tel pic de production (le plus haut depuis 2003), trouve sa source dans l’attractivité toujours très forte des taux. Au cours du mois de juillet, ces derniers ont d’ailleurs une nouvelle fois diminués pour s’établir à une moyenne de 2,16% (contre 2,18% en juin et 2,53% en février 2015). Incités par les experts de tous bords qui n’ont eu de cesse d’appeler les candidats à passer à l’acte, ceux-ci ont donc massivement répondu présents, ne souhaitant pas laisser passer ce que l’on imaginait alors être leur dernière chance de profiter des taux bas. Si la demande de nouveaux crédits s’est révélée conséquente, la Banque de France met surtout en lumière le boom enregistré par les renégociations de prêts. Avec 9,7 milliards d’euros ainsi renégociés en juillet, ce type d’opération a représenté pas moins de 46% de la production de crédits immobiliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *