Crédit immobilier : la Banque de France confirme l’embellie

Comme chaque mois, la Banque de France vient de publier sa grande enquête menée auprès des établissements bancaires et portant sur la distribution du crédit en France. Signe d’un perceptible rétablissement du marché immobilier, l’institution constate la progression des crédits à l’habitat accordés aux ménages en ce mois d’avril 2013. Après avoir observé une sensible …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : la Banque de France confirme l’embellie

Comme chaque mois, la Banque de France vient de publier sa grande enquête menée auprès des établissements bancaires et portant sur la distribution du crédit en France. Signe d’un perceptible rétablissement du marché immobilier, l’institution constate la progression des crédits à l’habitat accordés aux ménages en ce mois d’avril 2013.

Après avoir observé une sensible progression du volume global des prêts immobiliers octroyés en mars dernier (9,7 milliards d’euros contre 9,3 milliards en février), la Banque de France révèle aujourd’hui que l’embellie constatée dans le secteur du crédit semble s’être poursuivie en avril. Dans une enquête rendue publique ce mardi 14 mai, cette dernière souligne que « plus aucune des banques de l’échantillon ne mentionne une baisse de la demande de crédits à l’habitat ».

Peut-être plus important encore, plus d’un établissement sur trois (37,7%) déclarent même avoir recensé lors du mois écoulé une hausse des demandes d’emprunt. Les 62,7% restants ne font donc état d’aucun mouvement particulier d’un mois sur l’autre. Si la très grande majorité des banques interrogées (98,1%) avouent ne pas avoir assoupli leurs critères d’octroi, le très bas niveau affiché actuellement par les taux de crédit mais également le repli confirmé des prix de l’immobilier semblent donc avoir pleinement fait leur office auprès de candidats à l’achat jusqu’à présent particulièrement attentistes.

Sur le front du crédit à la consommation, la Banque de France note une situation quelque peu différente, mentionnant une demande toujours en repli pour ce type d’emprunts. Une amélioration doit toutefois être signalée puisque, si près d’une banque sur trois avouait en mars avoir durci ses conditions d’octroi en matière de crédit à la consommation, moins d’une sur cinq déclare avoir fait de même en avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *