Les taux de prêt immobilier finissent l’année en forte hausse

Comme l’on pouvait s’y attendre, les taux de prêt immobilier ont achevé cette année 2011 à la hausse. Dans son dernier baromètre, l’Observatoire Crédit Logement / CSA note en effet qu’après quelques mois d’accalmie les taux de prêt immobilier se sont nettement orientés à la hausse au cours du mois de décembre dernier. Près de …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Les taux de prêt immobilier finissent l’année en forte hausse

Comme l’on pouvait s’y attendre, les taux de prêt immobilier ont achevé cette année 2011 à la hausse. Dans son dernier baromètre, l’Observatoire Crédit Logement / CSA note en effet qu’après quelques mois d’accalmie les taux de prêt immobilier se sont nettement orientés à la hausse au cours du mois de décembre dernier.

Près de 7 points de base par rapport au mois de novembre, telle est la hausse que l’Observatoire Crédit Logement / CSA a pu constater en découvrant les derniers chiffres relatifs aux taux de prêt immobilier. En décembre 2011, le taux d’emprunt moyen s’établit ainsi à 3,93% contre 3,86% pour le mois précédent. Cette progression se porte même à 9 points de base en ce qui concerne les prêts consacrés à l’acquisition d’un bien immobilier ancien. Pour ces derniers, le taux moyen est ainsi passé de 3,88% en novembre à 3,97% un mois plus tard.

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule (sans compter l’entrée en vigueur d’un PTZ+ 2012 aux avantages passablement rognés), selon l’Observatoire, cette hausse qui permet aux taux d’emprunt de retrouver le niveau qui était le leur cet été semble également s’accompagner d’une légère diminution de la durée moyenne des prêts immobiliers. Si un candidat à l’achat immobilier s’engageait en moyenne sur 215 mois en août, la durée d’emprunt s’établit désormais à 209 mois (soit 17 ans et 4 mois). Dans le détail, l’Observatoire constate que « la réduction des durées est la plus rapide pour les prêts à l’accession dans le neuf (238 mois en décembre contre 248 mois en juillet, avant que le mouvement ne s’amorce) ». Celle-ci « reste encore modérée pour les prêts à l’accession dans l’ancien (224 mois en décembre contre 229 mois en juillet) », souligne-t-il.

Cette contraction traduit notamment la volonté des banques de privilégier les prêts de moyenne durée (15 ans) au détriment des périodes les plus longues (20 à 30 ans). Afin d’illustrer la prudence dont les banques font aujourd’hui preuve quant à la solvabilité de leurs clients, l’Observatoire note que si la part des emprunts octroyés sur 20 et 30 ans recule (perte de 5 points de base entre les mois de mars et décembre), celle des prêts immobiliers sur 15 ans affiche une nette progression (passant de 18,7% en mars à 22,3% en décembre 2011).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *