Prêt immobilier : les taux resteront très bas jusqu’en 2014

Alors que le courtier en ligne Empruntis a récemment pu observer une certaine stabilisation des taux de prêt immobilier au cours du mois d’octobre, Credixia estime de son côté que de nombreux facteurs plaident pour un maintien des taux à des niveaux très bas au moins jusqu’en 2014. Si le moment semble plus que propice …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : les taux resteront très bas jusqu’en 2014

Alors que le courtier en ligne Empruntis a récemment pu observer une certaine stabilisation des taux de prêt immobilier au cours du mois d’octobre, Credixia estime de son côté que de nombreux facteurs plaident pour un maintien des taux à des niveaux très bas au moins jusqu’en 2014.

Si le moment semble plus que propice pour procéder à un rachat de prêt et ainsi profiter de taux particulièrement attractifs, les emprunteurs pourraient bien disposer de quelques semaines supplémentaires avant de se décider. C’est en tout cas ce que semble sous-entendre Credixia dans son dernier communiqué de presse, précisant toutefois qu’un attentisme excessif peut laisser s’échapper de belles opportunités.

S’il faut en croire le courtier, divers éléments joueraient en faveur d’une stabilisation des taux aux niveaux qui sont les leurs actuellement. Outre la baisse enregistrée ces dernières semaines par les OAT (servant d’étalon aux taux fixes pratiqués par les banques), Credixia croit savoir que la Banque Centrale Européenne (BCE) s’apprête à alléger les conditions de refinancement des établissements prêteurs en portant son principal taux directeur à 0,25% (un avis que ne de nombreux observateurs sont loin de partager). Enfin, « même si les banques resserrent leurs conditions d’octroi et analysent les dossiers avec minutie, elles cherchent toujours à prêter et capter des nouveaux clients » et devraient donc poursuivre leur politique aggressive en matière de taux.

Le discours est moins optimiste du côté d’Emprunt Direct. Le courtier estime en effet que les banques, qui ont pour la plupart réalisé leurs objectifs commerciaux, ne sont plus dans une logique concurrentielle et peuvent donc s’abstenir de répercuter la baisse des OAT sur leurs taux de prêt immobilier. De plus, face à une production de crédits qui semble avoir été bien meilleure que prévue, Emprunt Direct souligne que « de rares mouvements haussiers sont à noter sur les dossiers de moins bonne qualité, les banquiers étant provisoirement moins enclins à la négociation« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *