Paris : un tiers des bureaux transformés en logements

Face au déficit de logements disponibles qui ronge la capitale, la Ville de Paris entend convertir le tiers de ses bureaux vides en habitations. Comment accroître le parc immobilier parisien ? Depuis de nombreux mois maintenant, la municipalité parisienne multiplie les initiatives permettant d’accroître son parc de logements disponibles. Une extension de son droit de …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Paris : un tiers des bureaux transformés en logements

Face au déficit de logements disponibles qui ronge la capitale, la Ville de Paris entend convertir le tiers de ses bureaux vides en habitations.

Comment accroître le parc immobilier parisien ?

Depuis de nombreux mois maintenant, la municipalité parisienne multiplie les initiatives permettant d’accroître son parc de logements disponibles. Une extension de son droit de préemption avait ainsi été votée en décembre dernier afin de mobiliser les immeubles mis en vente pour y intégrer des logements sociaux. Dans le même ordre d’idée, une étude publiée en février 2015 par l’Atelier Parisien d’Urbanisme (Apur) considérait que pas moins de 11.520 immeubles pouvaient être surélevés (soit 8,2% du parc immobilier parisien). Mais, plus que ces deux options, c’est celle concernant les bureaux vacants qui semble devoir retenir l’attention de la municipalité.

Transformer les bureaux en logements : une priorité pour la ville

Ce mercredi, Ian Brossat a en effet annoncé la transformation d’une large part de ces bureaux laissés à l’abandon et ce, d’ici à 2020. Si l’on en croit l’adjoint au maire en charge du Logement, au cours des 5 prochaines années la Ville de Paris entend ainsi convertir pas moins de 250.000 m² de bureaux en logements, soit près du tiers des 800.000 m² vacants recensés par l’Apur. « La transformation de bureaux en habitation est une priorité absolue, car si nous voulons construire des logements nouveaux, il faut partir du bâti existant, c’est une évidence. Paris est la ville la plus dense d’Europe », a-t-il précisé. Entre 2001 et 2012, quelques 378.600 m² avaient déjà fait l’objet d’une telle conversation. La maire de Paris, Anne Hidlago, entends donc désormais passer à la vitesse supérieure.

Des logements exonérés de taxe foncière

Si l’opération concernera principalement les immeubles haussmanniens situés dans les VIIIe et IXe arrondissements, la réhabilitation de bureaux en biens immobiliers habitables reste toutefois une entreprise coûteuse dont la rentabilité à plus ou moins long terme n’est pas garantie. Pour réduire les risques auxquels elle s’expose, la mairie de Paris a donc adressé un courrier au gouvernement afin que ces futures nouvelles habitations bénéficient d’une fiscalité favorable et soient « exonérées de taxes d’aménagement et aussi, de manière temporaire, de taxe foncière ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *