Portrait robot d’un emprunteur en 2013

Qui sont ces emprunteurs qui ont animé le marché du prêt immobilier au cours de cette année 2013 ? Sont-ils fondamentalement différents de ceux qui les ont précédés en 2012 ? Voici les questions auxquelles le courtier Immopret tente de répondre à travers une étude intitulée “profil type des acquéreurs depuis le 1er janvier 2013”. …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Portrait robot d’un emprunteur en 2013

Qui sont ces emprunteurs qui ont animé le marché du prêt immobilier au cours de cette année 2013 ? Sont-ils fondamentalement différents de ceux qui les ont précédés en 2012 ? Voici les questions auxquelles le courtier Immopret tente de répondre à travers une étude intitulée “profil type des acquéreurs depuis le 1er janvier 2013”.

Les candidats au prêt immobilier sont-ils les mêmes en 2013 qu’en 2012 ? Non si l’on en croit une récente publication du courtier Immopret qui n’est pas sans rappeler une étude dévoilée début novembre par son concurrent Empruntis. Après avoir passé en revue le profil de ses clients, Immopret a donc été en mesure de déterminer certaines évolutions notables. L’exercice 2013 aura ainsi vu émerger un emprunteur plus âgé, plus aisé mais également plus endetté.

Dans le détail, le courtier précise que le client type est cette année âgé de 34 ans (contre 31 ans en 2012) et disposant d’un revenu mensuel net de 2294 euros (contre 2018 euros). Pour Immopret, le niveau particulièrement attractif des taux de prêt « a incité de nouveaux acquéreurs, à plus haut pouvoir d’achat, à revenir sur un marché qu’ils avaient délaissé (pour une seconde acquisition ou un investissement locatif par exemple)« .

Présentant un apport personnel moyen en repli de -2,6% (24.785 euros contre 25.467 euros) et afin de procéder à l’achat d’un bien sensiblement plus cher qu’il y a un an (143.553 euros en moyenne contre 137.749 euros en 2012), les candidats ont donc dû emprunter plus (montant moyen du prêt immobilier établi à 147.455 euros contre 144.690 euros).

La baisse des taux semble avoir pleinement jouée son rôle, le courtier note que les particuliers se sont massivement tournés vers la renégociation de prêt. En effet, 20% des dossiers qu’il a eu à traiter au cours des trois premiers trimestres 2013 concernaient une telle opération (soit 2859 dossiers). un chiffre que l’on peut qualifier de véritable envolée au regard des 5% que représentaient la renégociation dans l’activité du courtier en 2012 (611 dossiers).

Du côté des perspectives à plus ou moins court terme, Ulrich Maurel, fondateur d’Immoprêt, se montre relativement optimiste. « Malgré des taux qui ont légèrement augmenté, un certain nombre de facteurs constatés sur ce dernier trimestre nous donnent des perspectives positives pour les derniers mois de 2013: secondes acquisitions, plus values, investissements locatifs« , souligne-t-il ainsi. Un optimisme qui pourrait toutefois n’être que de courte durée, Ulrich Maurel nourrissant une inquiétude non pas à court terme « mais à moyen terme avec la loi ALUR qui pourrait avoir des effets de blocage sur le marché« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *