Prêt immobilier : des crédits plus élevés et plus longs en 2018

On ne cesse de le répéter, en 2018, les acheteurs immobiliers ont bénéficié de conditions de financement particulièrement favorables. Si les taux d’intérêts toujours très bas représentent un facteur évident d’aide à l’acquisition, la durée d’emprunt a également permis à de nombreux ménages de concrétiser leur projet. Ainsi, l’an dernier, la durée des prêts a augmenté de 6 mois.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : des crédits plus élevés et plus longs en 2018

En 2018, allongement de la durée des prêts et des taux à la baisse

20 ans, c’est en moyenne la durée des emprunts immobiliers des Français en 2018. Une durée qui a augmenté de 6 mois rien que l’année dernière. Il faut dire que malgré la conjoncture favorable aux crédits immobiliers, la hausse des prix dans certaines agglomérations a contraint les banques à proposer des prêts plus longs, donc plus chers, afin de permettre au plus grand nombre d’accéder à la propriété. Ménages modestes et primo-accédants en premier lieu.

Si les taux ont baissé de 0,20 % en moyenne sur les 12 derniers mois, le profil type de l’emprunteur est quant à lui resté identique à ce qui était observé les années passées. Ainsi, les couples de 37 ans gagnant 47 399 € de revenus annuels, disposant d’un apport de 29 527 € et empruntant 153 606 € pour un bien de 98 m² semblent avoir toutes les cartes pour concrétiser leur projet.

A noter qu’en Île-de-France, en raison du prix de l’immobilier à Paris notamment, l’emprunt atteint 232 380 € en moyenne pour des revenus annuels autour de 61 978 €.

Une capacité d’emprunt supérieure dans les zones tendues

Outre la disparité entre la région Parisienne et le reste du territoire, les conditions d’emprunt des ménages sont variables d’une ville à l’autre. On note par exemple des sommes empruntées plus élevées là où le nombre de demandes de prêts est en hausse. Un phénomène qui s’explique simplement par la concurrence féroce que se livrent les banques, ce qui les oblige à revoir régulièrement leurs offres.

98 000 €
Pour un salaire de 1500 €, il est possible d’emprunter 98 000 € au Mans, 102 000 € à Lyon, 103 000 € à Rennes, 109 000 € à Bordeaux, 110 000 € à Reims, 111 000 € à Toulouse et 113 000 € en Île-de-France. C’est donc dans les villes les plus en tension que la capacité d’emprunt pour un même revenu est paradoxalement la plus élevée.

Bien que l’apport personnel ne semble plus être un prérequis permettant d’obtenir un prêt immobilier, il demeure toutefois intimement lié aux conditions de financement accordées par les banques et à leur politique commerciale. Ainsi, en Île-de-France, il représente environ 20 % du projet immobilier total quand il se situe à 16 % sur le reste du pays. De leur côté, les emprunts immobiliers contractés dans le cadre d’un investissement locatif ne représentent que 11 % des cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *