Prêt immobilier : gare aux litiges !

C’est un rapport riche d’enseignements que Paul Loridant, le médiateur de la FBF (fédération bancaire française), a livré ce mardi 14 mai. Celui-ci souligne en effet l’inquiétante progression des litiges relatifs aux prêts immobiliers et plus particulièrement aux

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : gare aux litiges !

C’est un rapport riche d’enseignements que Paul Loridant, le médiateur de la FBF (fédération bancaire française), a livré ce mardi 14 mai. Celui-ci souligne en effet l’inquiétante progression des litiges relatifs aux prêts immobiliers et plus particulièrement aux rachats de crédits.

Le prêt immobilier : première source de litiges

Chargé de trouver une issue aux litiges opposant usagers et établissements bancaires, le médiateur de la FBF est un homme particulièrement occupé. Sur l’ensemble de l’exercice 2013, l’intervention de Paul Loridant aurait ainsi été sollicitée à 2810 reprises, soit une hausse de +10,4% par rapport à 2012. Si les problèmes liés à la gestion de compte (découvert, clôture de compte, etc.) peuvent apparaître comme des litiges évidents, ils sont pourtant aujourd’hui surclassés par les conflits relatifs aux crédits immobiliers. Des problèmes qui, « pour la première fois depuis la mise en place de la procédure de médiation bancaire, ont dépassé ceux relatifs au fonctionnement du compte de manière significative« , constate le médiateur.

Le rachat de crédit pointé du doigt

Si le climat économique délicat peut en partie expliquer cette progression des différends liés au prêt immobilier, pour Paul Loridant ce sont surtout les renégociations et rachats de crédits qui pause problème. Des montages financiers dont le nombre a explosé en 2013 pour faire le bonheur des banques et courtiers en 2013 (représentant jusqu’à 30% de leur activité). « Avec la crise, le budget des ménages est plus tendu et nombre d’entre eux ont demandé à reporter des échéances de remboursement ou ont saisi l’occasion de la baisse des taux d’intérêt pour renégocier leur prêt« . Alors que la majorité des emprunteurs ayant eu recours au rachat de prêt ont ainsi pu réaliser de substantielles économies, certains estiment toutefois avoir fait une mauvaise affaire. Si l’on en croit le médiateur de la FBF, les transferts de crédits d’un établissement à un autre ainsi que « les frais d’avenant, généralement d’un montant assez conséquent, constituent une manne pour les différends entre les banques et les emprunteurs« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *