Prêt immobilier : l’apport personnel en chute libre

Dans sa dernière publication, le courtier Meilleurtaux dresse le profil de l’emprunteur actuel. Un candidat au crédit qui a su profiter de la baisse des taux pour alléger son budget. Prêt immobilier : des emprunteurs en quête d’économies Assister à une baisse des taux ne signifie pas forcément voir les particuliers se presser pour emprunter …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : l’apport personnel en chute libre

Dans sa dernière publication, le courtier Meilleurtaux dresse le profil de l’emprunteur actuel. Un candidat au crédit qui a su profiter de la baisse des taux pour alléger son budget.

Prêt immobilier : des emprunteurs en quête d’économies

Assister à une baisse des taux ne signifie pas forcément voir les particuliers se presser pour emprunter plus. Réduire son budget crédit peut également être une option intéressante. Or, en ces temps de crise, les emprunteurs semblent s’être majoritairement tournés vers cette seconde alternative. Ce lundi 23 novembre 2015, Meilleurtaux nous livre un portrait type de l’emprunteur mettant en avant le souci d’économies qui anime ce dernier. En effet, alors que les taux de prêt immobilier ont littéralement fondu depuis 2014, le montant moyen emprunté n’a pour sa part que peu progressé (gagnant seulement 1396 euros en un an pour s’établir à 180.222 euros). Pour le courtier, il s’agit bien là de la preuve que les français ont avant tout profité des taux bas pour réduire leurs mensualités. Une prudence somme toute légitime à l’heure où la confiance en l’avenir n’apparaît toujours pas au beau fixe.

L’apport personnel a fondu

A travers ce portrait, le courtier aborde également longuement la question de l’apport personnel. Elément central d’un prêt immobilier et généralement indispensable à son obtention, l’apport personnel affiche un repli on ne peut plus significatif. De 69.000 euros en 2014, celui-ci s’élève désormais à 57.735 euros. « C’est la première fois depuis 2004 que l’apport moyen enregistre une baisse et qui plus est aussi élevée », commente Maël Bernier, la porte-parole du courtier. Pour Meilleurtaux, cet affaiblissement de l’apport constitue une énième conséquence de l’application de taux bas. Le niveau extrêmement favorable des taux a ainsi « permis aux emprunteurs de financer des surfaces équivalentes en empruntant une somme légèrement supérieure mais en réduisant considérablement le recours à l’effort personnel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *